Québec: Le marché du livre en légère hausse en 2013 | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 01.10.2014 à 18h05 (mis à jour le 01.10.2014 à 19h00) - 1 commentaire Statistiques

Québec: Le marché du livre en légère hausse en 2013

D’après l’Observatoire de la culture et des communications du Québec, les ventes de livres repartent à la hausse pour la première fois depuis 2008. Mais le panier moyen par habitant continue de baisser et les librairies indépendantes souffrent chaque année un peu plus.

Les ventes de livres neufs ont totalisé au Québec en 2013 688 millions de dollars canadiens (488 millions d’euros), en hausse de 1,5% par rapport à 2012, indique l’Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ) dans son bilan annuel sur le marché du livre dans la province canadienne publié mardi 30 septembre. Cela reste très en dessous du record de 2007, quand les ventes atteignaient 770 millions de CAN$. Mais l’exercice 2013 est le premier depuis lors à retrouver une tendance à la hausse. L’Observatoire constate cependant que les ventes annuelles de livres par habitant ont reculé de 57 CAN$ (40,5 €) en 2009 à 54 CAN$ (38,3 €) en 2013.

Les librairies assurent 64,3% des ventes de livres neufs, loin devant les grandes surfaces et les éditeurs. Elles ont enregistré l’an dernier une hausse d’activité de 1,1%, même si leur part de marché s’effrite de 0,2 point. Mais les chaînes à succursales captent 52,5% des ventes en librairie, devant les indépendantes (25,5%) et les librairies scolaires (22%). Les librairies en milieu scolaire connaissent la plus forte croissance (+6,4%) alors que le marché scolaire pèse 35% des ventes de livres dans la Belle Province. Les librairies à succursales ont vu leurs ventes progresser de 3,4% tandis que les librairies indépendantes enregistrent une chute de 7%. Pour ces dernières, le taux de croissance annuel moyen depuis 2009 est très négatif (-5,8%).

Les autres canaux de diffusion ont vécu une année contrastée : les éditeurs (vente directe) ont gagné des parts de marché (+0,3 point) grâce, notamment, au marché universitaire. La part de marché des distributeurs, qui comprend principalement les ventes à l’export, augmente de +0,2 point. En revanche, la grande diffusion a décliné (-0,2 point).

Par ailleurs, l’OCCQ constate que les retours ont régressé de 5,3% entre 2012 et 2013. 

Enfin, de par leur bassin de clientèle, les librairies situées à Montréal et à Québec continuent de dominer le marché québécois avec 55% des ventes malgré une baisse constante depuis 2008. Seules les librairies localisées dans les régions proches des grands centres urbains – les deux métropoles, mais aussi Laval, Sherbrooke, Ottawa et Trois-Rivières – connaissent un joli taux de croissance, conquérant 1,5 point de parts de marché.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

Commentaire récent

“ Ca monte mais ça baisse. Je n'ai rien compris à cet article. ” Géraldine il y a 5 ans à 08 h 47
close

S’abonner à #La Lettre