A paraître

Gallimard a annoncé que le premier roman de Emmanuel Guibert, intitulé Mike, paraîtra lors de la prochaine rentrée d'hiver, en janvier 2021, dans la collection "Sygne".
   
Mike, raconte l’histoire d’une amitié entre le dessinateur et Mike, architecte américain, sans la moindre image, durant 300 pages. Mêlant le dessin et l'amitié, son premier roman décrypte les sentiments des deux amis. 
 

Extrait de Mike, premier roman d'Emmanuel Guibert

"J’ai eu un ami, Mike, architecte américain, qui partageait son temps entre le Minnesota, le Nouveau-Mexique et de nombreux voyages avec sa femme, Gloria, rencontrée au jardin d’enfants quand ils avaient six ans. Ce qui nous unissait le plus étroitement, c’était notre pratique commune du dessin d’observation. Se mêler le plus possible à la vie alentour, carnet et crayon en main, et la représenter. (…) J’ai pris un avion pour Minneapolis et passé trois jours auprès de lui. Nous avons échangé nos carnets. Il a fait deux dessins dans le mien, j’en ai fait deux dans le sien, côte à côte. Je suis rentré chez moi avec mon carnet et Mike est mort trois jours plus tard. Le carnet est toujours là. J’ai entrepris ce récit pour dire qui était cet homme et la place vitale que le dessin d’observation aura tenue dans nos parcours."
 
Il publiera aussi le 6 novembre, dans la collection "Aire libre" de Dupuis, Le pavé de Paris, où, en 400 dessins, il propose une promenade d'observation de la capitale.

Né en 1964 à Paris, Emmanuel Guibert est considéré comme l’un des plus grands auteurs de la bande dessinée contemporaine. Devenu célèbre par ses séries, Les Sardines de l’espace, avec Mathieu Sapin et Joann Sfar (Dargaud), et Ariol, avec Marc Boutavant (Bayard jeunesse), le dessinateur tient à placer l’humain au cœur de ses récits. Dans la majorité de ses œuvres, il plonge le lecteur à la fois dans l’intime et le quotidien. C’est le cas notamment de la trilogie d’albums inspirés des souvenirs de son ami américain Alan Ingram Cope, La Guerre d’Alan (2000), L’enfance d’Alan (2012), Martha et Alan (2016), tous parus chez L'Association.

C'est d'ailleurs au sein de cet éditeur indépendant, qu' Emmanuel Guibert a rencontré Joann Sfar. Depuis les deux hommes n'ont cessé de collaborer ensemble: Les olives noires sur un petit garçon juif en Judée il y a 2000 ans, La fille du professeur, tous deux chez Dupuis, puis série pour enfants Sardine de l’espace.

Pour l’ensemble de son œuvre, Emmanuel Guibert a reçu en 2017 le Prix René Goscinny et, en 2020, le Grand Prix du 47e Festival International de la bande dessinée d’Angoulême. Le premier album de sa trilogie Le photographe (Dupuis) a été récompensé par le Prix des libraires de BD et le Prix France Info de la BD d'actualité.

La BD s’expose aux Beaux-Arts

Depuis le 10 septembre et jusqu'au 18 octobre 2020, Emmanuel Guibert se retrouve à l’Académie des beaux-arts dans le cadre d’une exposition des biographies en bande dessinée consacrées à ses amis, l’ancien G.I. Alan Ingram Cope et le photoreporter Didier Lefèvre. L’évènement s’inscrit dans le cadre de BD 2020, année nationale de la bande dessinée.





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités