Orléans : Passion Culture est liquidée | Livres Hebdo

Par Cécile Charonnat, le 23.06.2016 à 14h14 (mis à jour le 23.06.2016 à 15h00) Librairie

Orléans : Passion Culture est liquidée

L'équipe de Passion Culture, en 2011, lors de l'ouverture de la librairie - Photo PHOTO OLIVIER DION

Après 18 mois de procédure judiciaire, la librairie créée par Sylvie Champagne a été placée en liquidation par le tribunal de commerce d’Orléans mercredi 22 juin. Fermé depuis la fin mai, le magasin ne rouvrira pas ses portes.

C’est à nouveau par un communiqué que Sylvie Champagne, fondatrice de Passion Culture à Orléans, a annoncé la nouvelle à ses clients : "Au terme de longs mois de procédures, la librairie Passion Culture a été contrainte à la liquidation par le tribunal de commerce d’Orléans ce 22 juin."

Cette décision vient clore la procédure de redressement, engagée depuis février 2015 par Sylvie Champagne suite à d’importants problèmes de loyer avec son bailleur, l’Immobilière Groupe Casino (IGC). Un projet de reprise de la librairie était certes à l’étude, mais qui n’a pu aboutir faute de financement bancaire. Fermé depuis la fin mai après une période de déstockage, le magasin ne rouvrira donc pas ses portes.

"J’ai tout fait pour sauver la librairie et ses 12 salariés, qui se retrouvent aujourd’hui au chômage", indique Sylvie Champagne, qui met directement en cause la politique immobilière du groupe IGC, dont la présidence est assurée par Jean-Charles Naouri.

Des loyers prohibitifs malgré une belle croissance

Titrant rageusement son communiqué "Naouri m’a tuer", la dirigeante explique en effet que Passion Culture "était en progression annuelle de chiffres d’affaires à deux chiffres" et que, en décembre 2014, alors qu’elle était engagée dans une renégociation de son loyer auprès d’IGC, le groupe "a cessé brutalement toute renégociation des loyers et a assigné la librairie orléanaise devant les tribunaux, demandant un peu plus de 600 000 euros dont 120 000 euros de charges non justifiées à ce jour".

Créée en 2011 sur 1 400 m2, une ouverture qui avait marqué les esprits, la structure se classait parmi les plus grandes librairies indépendantes de France. Passion Culture s’est acquittée pendant trois ans d’un loyer de 240 000 euros annuel, une somme que Sylvie Champagne souhaitait ramener à 95 000 euros. "Avec ces conditions, et un nouvel actionnaire que nous avions trouvé en 2015, la marche n’était plus très haute pour atteindre notre point d’équilibre, soit 2 millions d’euros de CA", détaille la libraire, qui affirme que "face à une telle injustice, le combat ne fait que commencer" et qu’elle entamera, à titre personnel, "toutes les procédures nécessaires pour obtenir réparation."

Au 31 mars 2015, Passion Culture avait dégagé un CA de 1,7 million d’euros avec un résultat négatif de 680 000 euros.
close

S’abonner à #La Lettre