Migrants : des éditeurs et des écrivains signent l'Appel de Calais | Livres Hebdo

Par Agathe Auproux, avec Libération, le 20.10.2015 à 18h04 (mis à jour le 20.10.2015 à 20h57) Solidarité

Migrants : des éditeurs et des écrivains signent l'Appel de Calais

La "jungle" de Calais accueille des milliers de réfugiés. - Photo COPIE D'ÉCRAN DR/THE GUARDIAN

De Delphine de Vigan à Omar Sy, de nombreuses personnalités se mobilisent pour alerter l’opinion publique sur le sort réservé aux réfugiés et migrants de la "jungle" de Calais.

L’éditeur Guillaume Allary, les éditions POL, l’éditrice Teresa Cremisi, les romancières Laure Adler, Christine Angot et Delphine de Vigan, l’écrivain Antoine Volodine, les auteurs de BD Olivier Balez et Pénélope Bagieu figurent au côté des acteurs Romain Duris, Valérie Donzelli, Reda Kateb et Omar Sy ou du réalisateur Michel Hazavanicius parmi les 800 signataires de l’Appel de Calais, qui vise 500 signataires supplémentaires pour sensibiliser l’opinion publique aux "épouvantables conditions de vie réservées aux migrants et aux réfugiés de la jungle de Calais".

Adressé au gouvernement, le texte relayé sur le site du quotidien Libération et accessible à la signature sur le site de pétition en ligne change.org a été rédigé par le Collectif Appel de Calais, qui regroupe les cinéastes Laurent Cantet, Catherine Corsini, Arnaud Desplechin, Pascale Ferran, Romain Goupil, Nicolas Philibert, Christophe Ruggia et Céline Sciamma.

Le texte décrit "cinq à six mille femmes, hommes et enfants, épuisés par un terrible voyage, laissés à eux-mêmes dans des bidonvilles, avec un maigre repas par jour, un accès quasi impossible à une douche ou à des toilettes, une épidémie de gale dévastatrice, des blessures douloureuses, des abcès dentaires non soignés. Et les viols des femmes. Les enfants laissés à eux-mêmes dans les détritus. Les violences policières presque routinières. Les ratonnades organisées par des militants d’extrême droite. Jusqu’à quand allons-nous nous taire ?"
 
"Aujourd'hui, nous avons décidé de prendre la parole tous ensemble pour dire non à la situation réservée à ceux qui sont actuellement les plus démunis de droits en France: les exilés de Calais, poursuivent les signataires de l'Appel. Au nom de nos valeurs communes d’asile et d’universalisme. Et parce que nous serons plus forts demain pour nous battre ensemble contre les autres formes d’injustices et de misère. Nous demandons solennellement au gouvernement un large plan d’urgence pour sortir la jungle de Calais de l’indignité dans laquelle elle se trouve".

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre