Solidarité

Une bibliothèque pour les migrants de Calais

La "jungle" de Calais accueille des milliers de réfugiés. - Photo COPIE D'ÉCRAN DR/THE GUARDIAN

Une bibliothèque pour les migrants de Calais

Une institutrice britannique a bâti une bibliothèque de fortune, appelée "Les livres de la jungle", pour les 3 000 réfugiés clandestins de la zone de Calais.

J’achète l’article 1.50 €

Par Agathe Auproux,
avec Publishing Perspectives,
Créé le 25.08.2015 à 12h55,
Mis à jour le 25.08.2015 à 13h00

Le camp des migrants de Calais, surnommé la "Jungle", a inauguré sa première bibliothèque, montée par des volontaires sur l’initiative de l’institutrice britannique Mary Jones qui est originaire du pays de Galles et réside à Amiens. Cette bibliothèque de fortune a été baptisée "Les livres de la jungle" et met toutes sortes d'ouvrages à la disposition des 3 000 réfugiés clandestins sur le site. Elle dispose pour l’instant d’un stock de 200 livres en anglais, avec des romans, de la littérature pour enfants ou encore des documents et essais.

"Nous venons juste de mettre en place la bibliothèque, et c’est fascinant de constater que les habitants du camp réclament des recueils de nouvelles ou encore de la poésie. Mais nous avons surtout besoin de dictionnaires érythréen, pachtoun-français et pachtoun-anglais", explique Mary Jones à Publishing Perspectives dans un article du 24 août. Elle appelle quiconque à faire don de ses livres, dans n’importe quelle langue, et invite les gens à exprimer leur soutien en la contactant directement par mail (sur maryjones@orange.fr).

L'institutrice britannique confie être dans une démarche d’offrir une "aide réelle et pratique", car "beaucoup de gens sur le site sont éduqués, et veulent des ouvrages afin de les aider à lire et parler mieux l’anglais, postuler pour des emplois ou encore remplir des formulaires". A terme, Mary Jones souhaite que cette bibliothèque se développe pour soutenir l’école mise en place sur le camp, et que les réfugiés la gèrent eux-mêmes.

Le camp de la zone de Calais se construit en permanence et ressemble de plus en plus à une mini-société. En plus de la toute récente bibliothèque, les réfugiés clandestins disposent de deux églises, d'une mosquée, de magasins d’alimentation, de restaurants, d'un bar, d'un coiffeur, d'un réparateur de vélos.

A noter que la ville de Calais, 17e ville la plus pauvre de France, a été la première du pays à se doter d'une Ideas box, la bibliothèque en kit conçue par le designer Philippe Starck pour Bibliothèques sans frontières (BSF), afin d'aller à la rencontre de ses habitants les plus défavorisés, éloignés des lieux du livre.

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
B

Bernie

il y a 5 ans à 18 h 18

Belle initiative!! On devrait en mettre dans des quartiers sans bibliothèques, et il y en a.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités