Lyon : nature et participation citoyenne | Livres Hebdo

Par Mylène Moulin, le 30.07.2020 à 10h00 BIBLIOTHÈQUES VERTES

Lyon : nature et participation citoyenne

Les médiathèques de la ville lumière innovent en faveur de la biodiversité. Quatrième épisode de notre série sur les initiatives écologiques des bibliothèques.

Voilà plus de 10 ans que Lyon s'efforce de reconquérir ses espaces urbains en préservant ou en créant de nouveaux espaces naturels. En médiathèque, la nature s'immisce partout. Dés 2014, la Bibliothèque Municipale de Lyon a lancé des actions autour de la nature et de la participation citoyenne dans le cadre de son projet d'établissement.

À la bibliothèque de La Part-Dieu, le département jeunesse a créé son propre jardin potager. Labelisé « Ilot de biodiversité jardinée » en 2019, il abrite des ateliers pour les familles sur des thèmes comme le lombricompostage, l'observation des insectes, la préparation des sols en sacs, le jardinage ou les oiseaux. "Cela permet de réintroduire du vivant dans la ville et d'animer ce jardin créé dans un lieu de béton. On participe de cette manière à la biodiversité cultivée, on se réapproprie des domaines et des territoires qui avaient échappé à la capacité d'agir de la cité", explique Gilles Eboli, directeur de la BM de Lyon. 

Biodiversité

En partenariat avec la Direction des Espaces verts de Lyon et la Métropole, les bibliothèques de Lyon organisent également tous les ans au printemps des Rendez-vous de la biodiversité. Ces évènements qui se déroulent au cœur du Parc de la Tête d’or proposent des ateliers, des lectures, des loisirs créatifs, des temps d’échanges et des activités autour des collections modernes et anciennes de la BM.

Très actif pour la biodiversité, le réseau des bibliothèques de Lyon compte aussi sept grainothèques. "On prête des graines comme on prête des livres", s'amuse Gilles Eboli. Installées à La Part-Dieu et dans les médiathèques d'arrondissement, ces grainothèques permettent aux usagers d'y déposer des graines (bio, reproductibles, non hybrides), de les emprunter, de les planter puis, une fois récoltées, de les rapporter pour réaliser du troc de semences. 




 
close

S’abonner à #La Lettre