L'intelligence artificielle va-t-elle remplacer les libraires? | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, avec China Daily, le 07.08.2018 à 11h00 (mis à jour le 07.08.2018 à 13h38) Focus sur la Chine

L'intelligence artificielle va-t-elle remplacer les libraires?

La librairie de Shenzhen, au sud-est de la Chine, a uniquement recours aux nouvelles technologies pour fonctionner. - Photo ©VCG/CHILA DAILY

Avant l’ouverture de la foire international du livre de Pékin (22-26 août), Livres Hebdo vous propose cette semaine un focus sur la Chine. Aujourd’hui, une librairie entièrement automatisée qui mise sur la technologie pour fonctionner. 

Une librairie sans libraires a ouvert ses portes le 18 à Shenzhen, une ville du sud-est de la Chine. Présentée comme "la plus grande librairie intelligente du monde", elle s’étend sur une surface de 178m2 et est ouverte 24 heures sur 24. Sa particularité: elle mise uniquement sur la technologie pour satisfaire les besoins de ses clients. 

Concrètement, les lecteurs peuvent pénétrer dans la librairie grâce à un QR Code, un code-barre en deux dimensions, ou grâce à la reconnaissance faciale. Un système intelligent, qui s’appuie sur l’Internet des objets —c’est-à-dire les objets connectés—, permet ensuite de trouver l’emplacement d’un ouvrage. Ce système fournit des informations sur chaque livre. Les clients peuvent enfin payer leurs articles auprès d’une borne automatique, opter pour le paiement mobile avec des applications comme WeChat Pay ou Alipay, ou encore pour un paiement par reconnaissance faciale. 

Une telle structure permettrait d’économiser de l’argent car "dix librairies intelligentes ne nécessitent qu’un ou deux salariés pour les exploiter", estime dans China Daily, Lu Yandong, directeur des ventes du fournisseur Guangdong Tuodi Intelligent Technology Co. Il s’inquiète cependant des risques de vol ou de dégradations matérielles que pourraient courir ces librairies entièrement automatisées, à l'image d'une librairie intelligente de Shanghai où un tiers des livres d'occasion avaient été volés, en 2015, après seulement trois mois d'ouverture. 
close

S’abonner à #La Lettre