Disparition

L'humoriste et comédien Guy Bedos nous quitte

Guy Bedos lors de la présentation de son livre "Le jour et l'heure" à la Fnac Saint-Lazare, en 2009 - Photo CC BY-SA 4.0.

L'humoriste et comédien Guy Bedos nous quitte

L'acteur et humoriste français est décédé à l'âge de 85 ans. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
avec AFP,
Créé le 28.05.2020 à 19h33,
Mis à jour le 29.05.2020 à 14h33

Le comédien et humoriste Guy Bedos, connu pour ses sketchs féroces, son engagement à gauche et ses rôles dans des films comme Un éléphant ça trompe énormément, est décédé à l'âge de 85 ans, a annoncé jeudi 28 mai son fils Nicolas sur les réseaux sociaux. 

"Il était beau, il était drôle, il était libre et courageux. Comme je suis fier de t'avoir eu pour père. Embrasse (Pierre) Desproges et (Jean-Loup) Dabadie, vu que vous êtes tous au Paradis", a-t-il écrit sur Instagram et Twitter. 

Le décès de Guy Bedos survient quelques jours après celui annoncé dimanche de son ami, le parolier Jean-Loup Dabadie, qui a notamment écrit pour lui le sketch Bonne fête Paulette.

Pied-noir né à Alger en 1934, Guy Bedos s'est fait connaître grâce à des sketchs mordants, en duo d'abord avec Sophie Daumier qu'il épouse, dont celui consacré à la "drague" qui les révèle au grand public au début des années 60. 

Auteur de plusieurs ouvrages

La consécration vient en 1968 avec un seul sur scène à Bobino, puis des rôles sur grand écran, très souvent devant la caméra d'Yves Robert. Il triomphe particulièrement avec Un éléphant ça trompe énormément (1976) et Nous irons tous au paradis (1977). Acteur prolifique, Guy Bedos a joué dans une vingtaine de pièces de théâtre et plus d'une trentaine de films.

Humoriste et comédien, Guy Bedos était aussi auteur. Il publie son premier ouvrage, Je craque, en 1976, chez Calmann-Lévy. Parmi ses titres toujours disponibles figurent notamment J'ai fait un rêve (L'Aube, 2013), issu de ses entretiens avec Gilles Vanderpooten, sa biographie Je me souviendrai de tout (Fayard, 2015) ou encore A l'heure où noircit la campagne (Fayard, 2017), un essai sous forme de journal de campagne dans lequel il se moque des puissants.

Son roman Le jour et l'heure (Stock, 2008) met en scène un narrateur cinéaste plus tout jeune et qui songe à en finir avec la vie. Sa seule condition : choisir le jour et l'heure. La revue Schnok, éditée chez La Tengo éditions, avait consacré son dixième numéro à Guy Bedos en 2014.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités