Reconfinement

Les rayons culture des hypermarchés et de la Fnac doivent fermer

Photo OLIVIER DION

Les rayons culture des hypermarchés et de la Fnac doivent fermer

Les différentes enseignes ont accédé à la demande de Roselyne Bachelot et de Bruno Le Maire, soutenus par le Syndicat de la libraire française (SLF). Deux ministres qui ont fait le choix de fermer les rayons culture de la Fnac et des hypermarchés plutôt que de réouvrir les librairies.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécile Charonnat, Vincy Thomas,
Créé le 30.10.2020 à 18h49,
Mis à jour le 31.10.2020 à 12h05

Devant la bronca générale déclenchée par l’ouverture de ses magasins Fnac et pour répondre à la demande conjointe des ministres de l’Economie et de la Culture ainsi que du SLF, la Fnac et les chaînes d’hypermarchés ont décidé de fermer dès samedi leurs rayons culture, et ce pour au moins quinze jours.

Pour justifier cette décision, Enrique Martinez, directeur général de Fnac Darty, invoque dans un communiqué paru vendredi 30 octobre le "constat de l’impossibilité d’une ouverture de l’ensemble des acteurs de la vente de livres, souhaitée et soutenue par les Fnac" ainsi qu’un "souci de responsabilité."

En revanche, l’ensemble des activités essentielles permises par le gouvernement, et notamment la vente de matériel informatique, restent ouvertes en magasin. Le click and collect, valable pour tous les produits distribués par la Fnac, y compris les livres, est également maintenu.

Vigilant, le Syndicat de la librairie française note néanmoins que cette fermeture "rétablit partiellement la concurrence" mais "offre un boulevard à Amazon au détriment du commerce physique et ne résout donc qu’une partie du problème."

Un boulevard pour Amazon

Pour les libraires, c'est une victoire à la Pyrrhus. Si les grandes surfaces culturelles et les hypermarchés sont "défaits", les ministres Bruno Le Maire et Roselyne Bachelot affaiblissent le front commun des éditeurs, auteurs et libraires, qui demandent que les librairies soient réouvertes au titre de commerce essentiel. 

Militant pour la réouverture des librairies d’ici quinze jours, "seul moyen de restaurer une concurrence véritablement équitable", le SLF indique que Bruno Le Maire et Roselyne Bachelot, "favorables à titre personnel " à cette décision, "se sont engagés à travailler avec le SLF sur les conditions sanitaires qui permettraient d’examiner la faisabilité d’une telle réouverture." Cette réponse est d'autant moins satisfaisante que les règles sanitaires sont bien plus respectées dans une librairie que dans un hypermarché. 

Désormais, il est certain que les ventes de livres vont de nouveau s'effondrer (au moins pendant deux semaines), et avec elles les revenus des éditeurs et des auteurs. Sans aucun doute, en l'absence de circuits de distribution physique, de nombreuses parutions de novembre – c'est déjà le cas pour le programme de Glénat – vont être reportées et les distributeurs devront s'adapter.

En deux semaines, Amazon peut attirer un nombre conséquent de nouveaux clients, captifs sur le long terme. Car, désormais, les livres ne sont achetables que sur Internet (et Amazon accapare au moins 60% du marché). Pour seule réponse, le gouvernement a promis que la question du tarif postal privilégié pour les expéditions de livres réalisés par les libraires sera également à l’étude dès la semaine prochaine.





Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
n

Nathalie

il y a 24 jours à 15 h 14

La Fnac, après Leclerc donc (cf votre article d'hier) soutient elle aussi les librairies indépendantes. Quand va-t-on arrêter cette mascarade !!!!!!!! Personne ne soutient personne, c'est chacun pour soi et accessoirement la Fnac se fiche de ne plus vendre de livres dans ses magasins (avec des vendeurs qui, soit dit en passant n'en lisent plus beaucoup) car Fnac.com fonctionne H24 (tout comme Amazon mais avec un service qui n'est pas aussi imperfectible en terme de relation client, dont la rapidité de réponse et l'amabilité).


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités