Reconfinement

Guillaume Husson : "Une situation paradoxale, aberrante et inacceptable"

G. Husson - Photo O. DION

Guillaume Husson : "Une situation paradoxale, aberrante et inacceptable"

Face à l’ouverture des magasins Fnac, le délégué général du Syndicat de la librairie française (SLF) annonce la mise en ligne d’une pétition doublée d’un appel direct au président de la République.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécile Charonnat,
Créé le 30.10.2020 à 13h05,
Mis à jour le 30.10.2020 à 14h00

L’ensemble des magasins Fnac a ouvert vendredi 30 octobre, premier jour du reconfinement. Quelle est votre réaction ?
Cela signifie qu’en France, aujourd’hui, tout le monde peut vendre des livres sauf les libraires indépendants, c’est-à-dire ceux qui ont choisi de faire de cette activité leur métier. C’est une situation totalement paradoxale, aberrante et inacceptable que nous n’allons évidemment pas laisser passer.

La décision de l’enseigne de produits culturels vous étonne-t-elle ?
Non, pas vraiment. En fait, la Fnac et les libraires indépendants défendent une ligne identique. Au printemps, l’enseigne avait la même possibilité d’ouvrir mais le personnel et les syndicats ont pesé sur la direction pour maintenir le rideau baissé, estimant que les conditions sanitaires n’étaient pas réunies. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas et la Fnac pense pouvoir assurer un contexte suffisamment sécurisant pour protéger ses clients. C’est exactement ce que nous revendiquons. Nous disposons de gel, de masques, nos librairies et nos libraires sont équipés. Le problème n’est donc pas tant que la Fnac ouvre que les librairies qui restent fermées.

Quelles actions le SLF va-t-il engager ?
Nous allons lancer une pétition et interpeler directement Emmanuel Macron. Et, évidemment, nous battre au maximum et encore plus dans les heures et les jours qui viennent pour faire entendre notre voix et nos arguments. Avec l’espoir que, d’ici quinze jours, les libraires soient les premiers à bénéficier d’un assouplissement des conditions imposées aux commerces par le gouvernement. Mais cet assouplissement dépend aussi de la situation sanitaire, et là, nous ne disposons pas de levier.





Commentaires (4)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
a

Alain

il y a 25 jours à 13 h 27

Quelle est la raison qui permet aux magasins de la Fnac d'être ouverts alors que tous les autres magasins, sont fermés?


s

Sophie

il y a 25 jours à 13 h 57

RE - confinement, mais qu'avons nous appris et retenu au plan politique? Changement de ministre de la Culture et pourtant même constat...? La mobilisation et le soutien qu'ont témoignés les clients dès la réouverture des structures ne sont ils pas la preuve de cette nécessité impérieuse d'avoir des lieux où circulent les idées et donc des gens capables d'écouter et d'accompagner ? Cette situation est incompréhensible et même inacceptable au regard des efforts faits par les libraires pour s'adapter et sécuriser les lieux. Les libraires, par leurs conseils, sont indéniablement INDISPENSABLES et les produits qu'ils proposent, parce qu'ils sont sélectionnés sont INDISPENSABLES. Il en va de l'équilibre de notre société, de pourvoir à l'activité humaine de ces professionnels. Comment croire en un projet de société si le modèle économique et au final culturel ne passe que par les grandes surfaces et les GSS... Rester l'emblème de la démocratie et des Lumières c'est d'abord soutenir et encourager les plus petits. Les libraires innovent et se réinventent depuis toujours, la pandémie est un accélérateur du changement, ne rognons pas les ailes des audacieux quand ils ne cherchent qu'à voler de leurs propres ailes et non à coups de millions débloqués ! Soutenons les libraires, résistons à l'uniformisation de la distribution. L'équité de traitement face au produit vendu : LE LIVRE, n'est il pas la reconnaissance de la diversité des moyens de le vendre depuis le petit commerce de quartier jusqu'aux grandes enseignes ! Tout le monde ou personne c'est là l'unique raison gardée... Evelyne Darmanin - Responsable de la filière libraire à l'UCO LAVAL (licence libraire)


s

Serge

il y a 25 jours à 14 h 17

Situation inadmissible pour les libraires indépendants, un acte d'assassinat. Déposez plainte pour concurrence déloyale ou bien ouvrez les librairies avec le soutien de milliers de lecteurs. Sommes prêts à signer votre pétition. Soyez fermes, nous sommes avec vous.


n

Nathalie

il y a 25 jours à 15 h 30

J'ai travaillé 10 ans dans l'édition et recrute désormais pour ce milieu que j'aime tant. Même si je ne défends pas aveuglément ni systématiquement les libraires (la loi LANG n'a aucun équivalent dans d'autre secteurs ni dans d'autres pays), je suis parfaitement écoeurée par l'annonce de l'ouverture de la Fnac et la fermeture des librairies indépendantes. De même que je le suis par l'ouverture d'autres commerces NON ESSENTIELS (dont les pressings : on peut laver ses vêtements soi-même, on ne peut pas écrire ses livres) ou les épiceries fines qui margent à 400%. J'espère que le microcosme germanopratin va enfin prendre conscience que voter Macron et sa clique** est une ineptie (**Castex, qui était pour rappel "Monsieur Déconfinement", c'est réussi, Blanquer qui a laissé faire toutes les soirées et semaines d'intégration estudiantines assimilables à de la non-assistance à personne en danger). Seuls Bachelot et Lemaire sont VRAIMENT montés au front mais ils n'ont pas eu gain de cause. Tout cela ne va faire que renaître en nous notre côté poujadiste.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités