Cinéma

Quatre adaptations et trois biopics ont remporté la plupart des prix à la 42e cérémonie des César ce vendredi 25 février à Paris.

Elle, adaptation du roman Oh... de Philippe Djian, a récolté le César du meilleur film et celui de la meilleure actrice. Isabelle Huppert a, dans son discours, tenu à rappeler que c'est son amitié pour l'écrivain qui l'a conduite à vouloir incarner ce personnage de femme violée (mais pas victime), avant même qu'un réalisateur et un producteur ne s'y intéressent.

C'était d'ailleurs un fil conducteur de la soirée puisque Xavier Dolan a rappelé que c'est l'actrice Anne Dorval qui lui avait fait découvrir Juste la fin du monde, l'adaptation de la pièce de Jean-Luc Lagarce. le film a reçu trois récompenses: César du meilleur réalisateur et César du meilleur montage pour le québécois, mais aussi le César du meilleur acteur pour Gaspard Ulliel.

Céline Sciamma, en recevant le César de la meilleure adaptation pour Ma vie de Courgette a également cité Gilles Paris, l'auteur d'Autobiographie d'une courgette, lors de son plaidoyer pour les "fragiles" et les "humiliés". Le film suisse a également obtenu le César du meilleur film d'animation.

Dans les forêts de Sibérie, d'après le livre de Sylvain Tesson, a été distingué pour sa musique. Les César ont aussi primé trois biopics: La danseuse, L'Odyssée et Chocolat.

Quasiment tous ces films avaient été présentés à Cannes. Les César ont rendu un vibrant hommage à Jean-Paul Belmondo, qui a publié son autobiographie à l'automne dernier, et donné un César d'honneur à George Clooney.
 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités