Leonardo DiCaprio traque Tom Hardy dans The Revenant | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 23.02.2016 à 15h17 (mis à jour le 23.02.2016 à 16h00) Adaptation

Leonardo DiCaprio traque Tom Hardy dans The Revenant

Leonardo DiCaprio dans The Revenant. - Photo TWENTIETH CENTURY FOX FRANCE

The Revenant, douze fois nommé aux Oscars, sort en salles mercredi 23 février. Si le scénario est adapté du roman de Michael Punke, l'histoire du trappeur Hugh Glass a inspiré de nombreux auteurs américains qui lui ont consacré poèmes, romans et biographies. 

Cela fait quinze ans qu'Hollywood espérait adapter le roman de Michael Punke. En voyant The Revenant, on comprend les difficultés à réaliser un tel projet: conditions climatiques extrêmes, budget explosé (135 millions de $!), durée finale supérieure à deux heures et demie, peu de personnages… Le cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu (Babel, Birdman) a réussi à venir à bout. Il est douze fois nommé aux Oscars qui auront lieu dimanche prochain. Le film sort mercredi 23 février en France, déjà auréolé de quelques prix (dont le Golden Globe du meilleur film) et de l'enthousiasme critique pour la "performance" de Leonardo DiCaprio (certaines scènes sont déconseillées aux végétariens).

The Revenant est l'histoire de Hugh Glass (DiCaprio), trappeur en territoire indien hostile pour des trafiquants de fourrures, dans un grand Ouest nord-américain vierge en 1823. Attaqué sauvagement par un ours brun, il est laissé pour mort par son équipe, et notamment par John Fitzgerald (Tom Hardy). Survivant à ses blessures, "revenant du monde des morts", le trappeur va vouloir se venger pour avoir la peau de celui qui, en plus, a tué son fils.

Ce n'est pas la première fois que le cinéma s'intéresse au récit de cette équipée dans les confins du territoire du Nord-Ouest. En 1971, Richard Harris traquait John Huston dans Le convoi sauvage (Man in the Wilderness) de Richard C. Sarafian.

Un personnage inscrit dans la culture populaire du Western

Avec Le revenant (Presses de la cité, Le livre de poche), Michael Punke, 51 ans, ambassadeur et représentant permanent des Etats-Unis à l'OMC, s'est en fait inspiré d'une histoire vraie. Publié aux Etats-Unis en 2002, il s'agit de son unique roman à ce jour. Le personnage de Hugh Glass a aussi inspiré un recueil de poèmes de John G. Neihardt (1881-1973), The Song of Hugh Glass (1915), regroupés dans Cycle of the West. L'écrivain Frederick Manfred a rédigé Lord Grizzly en 1954, la Saga of Hugh Glass: Pirate, Pawnee and Mountain Man de John Myers Myers (1963) et Hugh Glass de Bruce Bradley (1999), tous inédits en français. Enfin, Roger Zelazny et Gerald Hausman ont mélangé les récits de deux destins tragiques dans la difficile conquête de l'Ouest, ceux de John Colter et d'Hugh Glass dans le roman Wilderness en 1994. 

Enfin, les éditions Infini Découverte (Talents Publishing) ont publié la semaine dernière Hugh Glass: la rédemption du chasseur, une grande figure de l'histoire américaine, biographie signée de John Cooke.

close

S’abonner à #La Lettre