L'écrivain Murat Özyasar en garde à vue depuis samedi | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 03.10.2016 à 16h04 (mis à jour le 05.10.2016 à 11h15) - 1 commentaire Turquie

L'écrivain Murat Özyasar en garde à vue depuis samedi

Murat Özyasar en septembre 2016 - Photo PHILIPPE DUPUICH

Le professeur de littérature et auteur de nouvelles Murat Özyasar, qui avait été renvoyé de l'éducation nationale dans le cadre d'une purge en Turquie, a été arrêté samedi 1er octobre à son domicile d'Istanbul avant d'être transféré à Dyarbakir.

L’écrivain kurde de Turquie Murat Özyasar a été arrêté samedi 1er octobre à son domicile d’Istanbul très tôt dans la matinée, a annoncé à Livres Hebdo, son éditrice française Emmanuelle Collas (Galaade).
 
Un recueil à paraître en février 2017

Professeur de littérature et auteur de deux recueils de nouvelles, Murat Özyasar a été transféré par avion à Diyarbakir, au Sud-Est de la Turquie, dans la partie Kurde du pays, où il fait l’objet d’une enquête. Il est actuellement en garde à vue, sous le sceau du secret, ce qui l’empêche de joindre son avocat avant mercredi 5 octobre.
 
Diplômé en langue turque et littérature, Murat Özyasar avait déjà été limogé de l’Education nationale il y a un mois, dans le cadre d’une grande purge où 11000 professeurs ont perdu leur travail. Né en 1979, et récemment père d’une petite fille, sa situation devient de plus en plus inquiétante.
 
Emmanuelle Collas explique que son œuvre est littéraire et politique, mais que l’auteur en lui-même n’est pas connu pour des prises de positions engagées.

"Je parle d’une langue qui boite"
 
"Ses textes mélangent le turc et le kurde" précise l’éditrice, qui annonce la publication d'un recueil, Le rire noir, chez Galaade en février 2017 et traduit par Sylvain Cavaillès.

Dans un article originellement paru dans Evrensel Pazar le 24 janvier 2016 (et traduit du turc par Sylvain Cavaillès), Murat Özyasar justifie son amour pour la langue kurde: "Je suis né dans cette langue, dans ce lieu où le kurde, parce qu’il a été interdit, n’est pas un kurde correct, où le turc, parce que ceux qui vivent là ne sont pas turcs, n’est pas un turc correct, où ce que l’on parle n’est le dialecte, le patois d’aucune langue, où ce que l’on entend n’est surtout pas un accent mais une langue qui "boite", où le kurde et le turc se sont méchamment contaminés l’un l’autre aux niveaux grammatical et sémantique et, sans en rester là, où ils se sont brisés l’un l’autre. Je ne parle ni d’un kurde qui serait pur ni d’un turc qui serait impeccable. (…) Je parle d’une langue qui boite. Une langue magnifique, impossible, qui trouve toute sa force dans cette claudication!".
 
Un premier recueil de nouvelles de Murat Özyasar, Ayna Çarpması, avait reçu deux prix en Turquie en 2008. On retrouvera la langue de l’écrivain dans Istanbul Underground, une anthologie de textes "résistants", issus de différents genres – prose, poésie mais aussi fanzines – et signés de la nouvelle génération turque que publiera Galaade en mai 2017.

Commentaire récent

“ Et tout cela avec le silence coupable de l'UE et de la France. C'est une dictature qui s'installe avec la lâcheté des états européens qui ont marchandé avec le pouvoir turc le parcage d... ” Michel Mazon il y a 3 ans à 07 h 33
close

S’abonner à #La Lettre