Disparition

L'écrivain américain Kenneth Bernard est mort à New-York, le dimanche 9 août, à l’âge de 90 ans a annoncé son éditeur, le Tripode. La maison parisienne rend hommage à un auteur "qui aimait les formes lapidaires" et à son oeuvre "incroyablement poétique" qui "échappait aux standards habituels". "Sous la haute pression de son esprit, il en faisait des diamants", souligne l'éditeur.

Né en 1930 à Brooklyn, Kenneth Bernard a grandi dans le Massachusetts, puis s'est installé à New York. Il a travaillé au sein du club de théâtre expérimental La MaMa dans l'East Village de Manhattan, considéré comme le plus ancien théâtre survivant, le plus influent et le plus prolifique de toutes les scènes du mouvement Off-Off-Broadway. L'établissement a été associé à de nombreux dramaturges, metteurs en scène et artistes LGBT. L'écrivain avait reçu des bourses et des subventions de Guggenheim, Rockefeller, du National Endowment for the Arts, du National Endowment for the Humanities, du New York Creative Artists Public Service et de la New York Foundation for the Arts.

Le Tripode a découvert l'oeuvre de Kenneth Bernard par l'intermédiaire du peintre Sholby qui avait traduit son plus grand opus, un roman de cent pages intitulé Extraits des archives du district, publié en 2014. Un an plus tard, le Tripode éditait un recueil de treize nouvelles de l'auteur, La femme qui pensait être belle.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités