Le robot Gutenberg One partiellement dévoilé | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 28.11.2018 à 17h43 (mis à jour le 30.11.2018 à 09h35) Fabrication

Le robot Gutenberg One partiellement dévoilé

Gutenberg & Co, le concept store imaginé autour des futurs robots de fabrication de livre Gutenberg One - Photo H HUGUENY

Le robot de fabrication de livres conçu par Hubert Pédurand sera installé dans des espaces imaginés par le designer Hubert de Malherbe.

Avec une solennité soulignant l’importance qu’il attache à l’événement, Hubert Pédurand, P-DG de Néomédias, a présenté le 27 novembre lors d’une conférence au salon Creativ’Book une partie de son projet de création d’un robot baptisé Gutenberg One, qui fabriquera à l’unité des livres complets, et que son concepteur souhaite installer très largement, dans tous les lieux de diffusion de culture en France mais aussi à l’étranger.
 
"Une partie des brevets reste à déposer, il n’est pas possible de tout dévoiler maintenant", a justifié le créateur, par ailleurs directeur général du groupe Laballery, totalement extérieur à ce développement, a-t-il souligné. "J’y ai investi les fonds de mon entreprise et mes économies personnelles", a insisté Hubert Pédurand. Pour sa partie visible, Gutenberg One fonctionne avec un bras polyarticulé, auquel "nous avons appris les gestes du métier: massicoter, plier, brocher, etc. Le moteur d’impression réalise à la fois l’intérieur et la couverture du livre", indique Hubert Pédurand, ce qui explique le faible encombrement de l’ensemble, qui occupe 2m2 au sol.
 
La première démonstration pour les partenaires du projet sera organisée le 5 décembre dans l’atelier de R&D Project Managing, une société d’ingénieurs installée à Dossenheim sur Zinsel, en Alsace, qui réalise des équipements automatisés et des robots pour l’industrie. Le coût de revient d’un volume, la capacité de fabrication, le modèle économique devraient être précisés lors de la présentation publique du robot prévue en mars prochain, à Livre Paris.

Accord avec la BNF en négociation
 
"Gutenberg One sera le 'printcast' du livre", prévoit Hubert Pédurand, il matérialisera textes, photos et contenus numériques stockés sur les smartphones, tablettes et ordinateurs, à l’aide d’applications qui en permettront la fabrication en un clic assure son concepteur. Un accord est aussi en cours de négociation avec la BNF pour transformer en livres les ePub de Gallica, libres de droits. Le projet ne sollicite pas directement les éditeurs, lesquels se sont montrés jusqu’à présent réservés devant ces initiatives, mais qui sont les bienvenus s’ils souhaitent accompagner l’aventure.
 
Ces robots devraient être installés dans un environnement imaginé par Hubert de Malherbe, patron et fondateur vedette de l’agence de design à son nom, spécialisée dans la création de lieux de vente qui ne sont plus des boutiques mais des "concept stores", que s’arrachent aussi bien les marques de luxe que la grande distribution.
 
Alliant matériaux bruts et technologie, entre l’élégance sobre des Apple Store et le confort des cafés Starbucks, cet univers baptisé Gutenberg & Co - The book workshop, sera déclinable en modules de 10 ou 20m2 ou plus pour être installé sous forme de corner, mais aussi de magasin à part entière. Le but est de les multiplier dans les bibliothèques, musées, librairies, etc., en France et à l’étranger, tout particulièrement dans les pays dépourvus de lieux de diffusion du livre.
 
Hubert Pédurand avait exposé en 2015 au Salon du livre de Paris l’Espresso Book Machine, un système d’impression intégré conçu aux Etats-Unis qui avait rencontré un fort succès médiatique, et dont une unité fonctionne dans la librairie des Puf, à Paris. Le projet de généralisation de son installation s’est heurté au coût des brevets, 1,75 million d’euros selon le P-DG de Néomédias, qui a jugé qu’il serait plus intéressant de concevoir un nouveau système en France, relevant un défi lancé à la suite du passage sur le stand de François Hollande, alors président de la République.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre