Proclamation

Le prix Apollinaire 2020 attribué à Nimrod

Nimrod - Photo DR

Le prix Apollinaire 2020 attribué à Nimrod

Le prix de poésie a été attribué à Nimrod pour son recueil Le petit éloge de la lumière (Obsidiane). Le prix découverte a également distingué Anna Ayanoglou pour Le fil des traversées publié chez Gallimard.

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 03.12.2020 à 17h50,
Mis à jour le 03.12.2020 à 18h00

Le prix Apollinaire a été décerné à Nimrod pour son recueil Le petit éloge de la lumière (Obsidiane) et le prix Apollinaire Découverte à Anna Ayanoglou pour Le fil des traversées (Gallimard). En raison des conditions sanitaires actuelles, la remise des prix est reportée à 2021. Elle aura lieu à l’automne prochain au café des Deux Magots à Paris.

Petit éloge de la lumière nature est un recueil de poèmes rendant hommage à la nature et aux quatre éléments : la terre, le ciel, l'eau et le feu. Nimrod a emprunté son titre à Arthur Rimbaud pour composer cet hommage au paysage, ce qui englobe les chemins, les ciels au soir, le manège des nuages, celui des arbres, les flocons de neige.

Né en 1959 à Koyom, au Tchad, l’écrivain Nimrod n’en est pas à sa première récompense. En 1999, il a remporté le prix Louise Labé avec son recueil de poèmes Passage à l’infini. 12 ans plus tard, il reçoit le prix Max Jacob pour Babel, Babylone (Obsidiane). L’auteur tchadien est aussi écrivain et romancier. Actes Sud a publié trois de ces ouvrages, Les jambes d’Alice en 2001, Le Bal des princes en 2008 et Un Balcon sur l’Algérois en 2013. Cette année, Gallimard a sorti son dernier roman cette année, la traversée de Montparnasse.

Nimrod succède à Olivier Barbarant pour son recueil Un grand instant (Champ Vallon).

Anna Ayanoglou a publié son premier recueil de poèmes, Le fil des traversées, paru chez Gallimard en 2019. Après avoir vécu dans les Pays Baltes, et vivant désormais à Bruxelles, l’auteure fait évoluer son œuvre en Belgique où elle réalise Et la poésie, alors ?, une émission qui donne la part belle aux littératures du monde sur les ondes de Radio Panik. La jeune écrivaine succède à Sébastien Fevry pour son recueil Solitude Europe (Cheyne).
 
Pour cette édition 2020, le jury était présidé par Jean Pierre Siméon et réunissait Marc Alyn, Linda Maria Baros (secrétaire générale), Tahar Ben Jelloun, Zéno Bianu, Fabienne Courtade, Philippe Delaveau, Guy Goffette, Jean Portante et Jean Rouaud.
 
Fondé en 1941, le prix Apollinaire récompense chaque année « en dehors de tout dogmatisme d’école ou de technique un recueil caractérisé pour son originalité et sa modernité ».
 
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités