Disparition

Le poète et critique littéraire suisse Pierre Chappuis est décédé le 22 décembre 2020, à l’âge de 90 ans. L’ancien professeur de français avait passé sa jeunesse dans le jura bernois, avant de consacrer sa vie à la poésie.
 
Après des études de lettres à Genève, Pierre Chappuis se lance dans l’enseignement de la littérature française dans le canton de Neuchâtel. De 1952 à 1993, il écrit et enseigne le français et l’histoire au gymnase de Neuchâtel.
 
Au fil de sa carrière, il se découvre une passion pour les lettres. Depuis sa première publication Ma femme ô mon tombeau en 1969 chez Max Robert, le suisse consacre sa vie à la poésie. A partir des années 1990, plus d’une quinzaine de titres sont publiés chez Corti, dont des recueils de poèmes tels que Dans la lumière sourde de ce jardin (2016), Entailles (2014), Dans la foulée (2007) et des essais (La rumeur de toutes choses, 2007 Tracés d’incertitudes, 2003 et Deux essais Michel Leiris/André Du Bouchet, 2003). Il publie en 2018, son dernier titre Battre le briquet (Corti).
 
Nature

En parallèle de la poésie, il était auteur de critiques littéraires dans la Nouvelle Revue Française, La Gazette de Lausanne et la Quinzaine littéraire. Pierre Chappuis est aussi l’une des principales figures de La Revue De Belles-Lettres.
 
Doté d’une modernité selon le critique littéraire français Michel Collot, l’œuvre de Pierre Chappuis dépeint la fulgurance des paysages (montagnes, lacs, rivières) en pleine métamorphose. Par ses mots, Pierre Chappuis avait à cœur d’approcher la nature, le monde sensible avec des mots et des vers.   
 
Dans Muettes Émergentes : prose (Corti, 2011), il évoque les paysages qui tiennent une place essentielle. Au fil du recueil de proses, le poète recherche une relation directe et simple avec son environnement à travers l’évocation des pâturages de montagne et des Grands Marais. L’homme de la poésie a été mis à l’honneur en 1983 avec le prix Suisse Canada, par le prix Schiller en 1997 et en 2005 avec le grand prix C. F. Ramuz.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités