Le poète Ashraf Fayad condammé à 8 ans de prison et 800 coups de fouet | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 03.02.2016 à 17h51 (mis à jour le 03.02.2016 à 18h03) Arabie Saoudite

Le poète Ashraf Fayad condammé à 8 ans de prison et 800 coups de fouet

Ashraf Fayadh. - Photo DR

Condamné à mort pour apostasie, le poète palestinien Ashraf Fayad voit sa peine commuée en huit années de prison et 800 coups de fouet.

Le tribunal saoudien d’Abha a commué la peine de mort pour apostasie d’un poète palestinien en huit ans de prison et 800 coups de fouet.

Selon le verdict du tribunal, Ashraf Fayad devra également se repentir dans un média officiel. La condamnation à mort pour apostasie a été prononcée en novembre 2015 par un tribunal de première instance, apparemment après un précédent recours en appel contre un premier verdict.

En 2014, Ashraf Fayad a été condamné à quatre ans de prison et 800 coups de fouet à la suite d'une plainte provenant d'un groupe de discussion culturel dans un café d'Abha, selon l'ONG Human Rights Watch (HRW).

Un homme affirme l'avoir entendu tenir des propos contre Dieu, tandis qu'un religieux l'accuse de "blasphème" dans un recueil de poèmes que le Palestinien a écrit il y a 10 ans. "Ce que dit Ashraf Fayad, c'est qu'il s'est disputé avec les autres membres du groupe", avait dit HRW. Lors du premier procès, le poète palestinien avait démenti que son ouvrage soit "blasphématoire", mais s'était quand même excusé. La cour ne l'avait pas alors condamné à mort.

Âgé de 35 ans, Ashraf Fayad est né en Arabie saoudite dans une famille de réfugiés palestiniens. Il était une figure de la scène artistique contemporaine. Selon le New York Times, certaines autorités se seraient prononcées en privé contre la peine du poète qu’elles jugent trop lourde. L'apostasie, comme le meurtre, le viol ou le trafic de drogue, est passible de la peine capitale en Arabie saoudite.

Le royaume saoudien figure parmi les pays qui exécutent le plus grand nombre de personnes avec la Chine, l'Iran et les États-Unis.
close

S’abonner à #La Lettre