Cinéma

Le Fakir sort de son armoire

Dhanush dans "L'extraordinaire voyage du Fakir"

Le Fakir sort de son armoire

Ce mercredi 30 mai, les salles de cinéma françaises accueillent un célèbre Fakir coincé dans une armoire Ikea, un dépressif issu de l'univers de David Foenkinos et un documentaire sur l'homme dauphin qui plongeait dans le Grand bleu.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 29.05.2018 à 16h25,
Mis à jour le 29.05.2018 à 17h00

Initialement, le film L’extraordinaire voyage du Fakir devait être aussi déjanté que le livre, L’extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas (Le Dilettante, 2013). Marjane Satrapi (Persépolis) était aux commandes. Mais le projet était sans doute trop risqué pour les producteurs qui voulaient cibler un très large public. L’adaptation par Ken Scott de cette fable délurée aux situations extravagantes, aboutit à une comédie assez sage jouant sur les clichés de chaque pays traversé, où se côtoient une star hollywoodienne, Dhanush, une actrice césarisée, Bérénice Bejo (Sophie Marceau dans le roman), un humoriste britannique (Ben Miller), une vedette éthiopienne remarquée à Hollywood (Barkhad Abdi) et un comique du Splendid, Gérard Jugnot.
 
 
A l’origine, ce premier roman avait été un succès surprise en librairie en France et dans de nombreux pays étrangers. Avec l’édition poche (Le livre de poche, 2015), il s’est écoulé plus 560000 exemplaires en France. Le récit a été transposé en bande dessinée par Zidrou, Falzar et Kyung-Eun Park en octobre dernier chez Jungle.
 
Romain Puértolas a ensuite publié La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel (Le Dilettante, 2015) et Les nouvelles aventures du Fakir au pays d’Ikea (début mai, chez le même éditeur).
 
Le film de Ken Scott a pris quelques libertés avec le roman mais reste fidèle à l’esprit: Aja, un jeune arnaqueur de Mumbai entame, à la mort de sa mère, un extraordinaire voyage sur les traces du père qu’il n’a jamais connu. Il rencontre l’amour à Paris dans un magasin de meubles suédois, le danger en compagnie de migrants somaliens en Angleterre, la célébrité sur une piste de danse à Rome, l’aventure dans une montgolfière au-dessus de la Méditerranée, et comprend finalement ce qu’est la vraie richesse et qui il souhaite devenir.

Et aussi dans les salles le 30 mai

Je vais mieux de Jean-Pierre Améris.Le film est l’adaptation du roman éponyme de David Foenkinos, paru chez Gallimard en 2013 ; et vendu à plus de 300000 exemplaires tous formats confondus.
 
L’homme dauphin, sur les traces de Jacques Mayol. Le documentaire de Lefteris Charitos est un portrait de celui qui a inspiré Luc Besson pour Le Grand Bleu. Arthaud avait réédité en 2016 Jacques Mayol : l’homme dauphin de Pierre Mayol. 
 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités