L'abonnement de Youboox et Youscribe passe au prix à la page | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 17.06.2015 à 17h11 (mis à jour le 17.06.2015 à 18h00) NUMÉRIQUE

L'abonnement de Youboox et Youscribe passe au prix à la page

Pour mettre son offre d'abonnement de livres en conformité avec la loi, les deux librairies numériques adoptent une tarification à la page fixée par l'éditeur.
 

Le nouveau modèle économique d'abonnement à un catalogue de livres numériques proposé par Youboox et YouScribe a été approuvé par Laurence Engel, médiatrice du livre, annoncent les deux sites de diffusion dans des communiqués distincts publiés le 17 juin.
 
En février dernier, dans un avis motivé par une question du ministère de la Culture, la médiatrice avait indiqué que les abonnements de lecture illimitée proposés par Amazon, Cyberlibris, Izneo, Youboox et Youscribe ne permettaient pas aux éditeurs de fixer un prix d'accès à leurs ouvrages et n'étaient donc pas conformes à la loi de 2011 sur le prix du livre numérique. Izneo s'est adapté le premier, en raison de l'homogénéité de son catalogue, provenant en totalité des éditeurs du groupe Media-Participations.
 
Après discussion avec la médiatrice, Youboox et Youscribe ont changé la présentation de leur offre d'abonnement, en proposant aux éditeurs de fixer un barème à la page, qui sera imputé sur les abonnements réglés par les internautes, en fonction de leur consommation, et après déduction de la remise des librairies. Les deux entreprises ont six mois pour appliquer ce nouveau modèle validé par la médiatrice.
 
"Le prix de chaque consultation individuelle sera ainsi défini en fonction du tarif établi préalablement par chaque éditeur. Ce prix de référence pour la location en streaming servira de base au calcul du prix des pages consommées par la base d'abonnés dans le cadre de l'abonnement" écrit Youboox. Ces tarifs seront communiqués aux abonnés, comme le prévoit la loi.
 
"L'ensemble des consommations de lecture de pages valorisées en euros ne pourra dépasser l’ensemble des souscriptions des abonnés, à moins de devoir relever les tarifs de vente" explique Juan Pirlot de Corbion, P-DG fondateur de Youscribe. En fonction du barème, de quelques centimes d'euros par page, selon la nature des ouvrages et leur date de parution, les abonnés pourront "lire entre 8 et 20 livres par mois", estime-t-il.
 
"Tous lecteurs ne pourront pas lire ensemble un nombre incalculable de livres sur un mois donné" reconnaît-il, mais c'était de toute façon une hypothèse assez théorique, en raison du temps nécessaire pour cette activité, plus chronophage que l'écoute de musique, à l'origine des modèles d'accès sur abonnement. Il y aura une péréquation entre les grands et petits lecteurs, et la limite de consommation sera globale, et non individuelle.
 
Pour répartir la recette des abonnements entre éditeurs en fonction des pages lues, les deux plateformes étaient de toute façon obligées de tenir cette comptabilité minutieuse, déjà programmée dans leur système de gestion. Si la consommation est inférieure à ce qu'offre le total des abonnements, cette recette restera intégralement répartie entre les éditeurs dont les livres auront été lus précise le P-DG de YouScribe, le gain à la page étant supérieur au barème.
 
Si la consommation dépasse le volume prévu, YouScribe envisage de proposer à ses lecteurs un abonnement supérieur, comme le font les sociétés de téléphonie mobile avec les grands bavards. "Le revenu moyen pour l’éditeur et pour l’auteur est très nettement supérieur à celui du prêt numérique en bibliothèque" assure également Juan Pirlot de Corbion.
 
Encore très embryonnaire et tout juste testé dans quelques établissements, le prêt numérique en bibliothèque est le principal concurrent de ces abonnements. Il a surtout la faveur des grands groupes d'édition qui acceptent d'y participer, contrairement aux offres d'accès présentées comme illimitées lors de leur lancement.
close

S’abonner à #La Lettre