La justice brésilienne demande l’expulsion de Cesare Battisti | Livres Hebdo

Par Agathe Auproux, avec Le Monde, le 04.03.2015 à 18h37 (mis à jour le 04.03.2015 à 19h00) Justice

La justice brésilienne demande l’expulsion de Cesare Battisti

Cesare Battisti en 2009. - Photo JOSÉ CRUZ

Une juge fédérale brésilienne a ordonné l’expulsion de l’écrivain italien Cesare Battisti, condamné pour meurtres et complicité de meurtres dans son pays natal.

L'écrivain italien Cesare Battisti, condamné pour meurtres et complicité de meurtres dans son pays et réfugié à Sao Paulo (Brésil), fait face à un ordre d’expulsion de la part d’une juge fédérale brésilienne. "Il s'agit d'un étranger en situation irrégulière au Brésil et qui, en tant que criminel condamné dans son pays, n'a pas le droit de rester", a déclaré la juge Adverci Mendes dans son rendu mardi 3 mars 2015.
 
"La juge veut revenir sur une décision de la Cour suprême et du président (Luiz Inacio Lula da Silva en 2010) pour avoir donné un visa permanent à Battisti et c'est pourquoi nous allons faire appel", a déclaré de son côté le nouvel avocat de Cesare Battisti, Igor Sant'Anna Tamasauskas, rapporte Le Monde. L'ex-militant d'extrême gauche et romancier a en effet obtenu le permis de résidence permanente au Brésil en 2010.

La juge brésilienne répond que sa décision ne rentre pas en contradiction avec celle de la Cour suprême, n'étant "pas nécessaire de livrer l'étranger à son pays de nationalité". Contacté au téléphone par le journal Le Monde, Cesare Battisti, qui doit s’entretenir avec son avocat jeudi 5 mars, a confirmé sa décision de faire appel.

Condamné à la réclusion à perpétuité en Italie dans la fin des années 70, pour quatre meurtres et complicité de meurtres à l'époque des "années de plomb", Cesare Battisti avait fuit au Mexique et en France avant de rejoindre le Brésil, où il fut emprisonné pendant quatre ans en 2007, puis libéré. Alors qu'une campagne de solidarité avec l'écrivain s'était développée, notamment en France, la Cour suprême du pays avait rejeté une demande d'extradition de l’Italie en 2010.

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre