La Bibliothèque de Clamart, victime de son succès? | Livres Hebdo

Du côté des lecteurs ?

Claude Poissenot

Claude Poissenot est sociologue, enseignant-chercheur à l'IUT "Métiers du livre" de Nancy, membre du CREM (Centre de Recherche sur les Médiations - http://crem.univ-lorraine.fr/) à l'Université de Lor raine. Ses travaux portent notamment sur les publics des bibliothèques mais aussi sur la lecture et ses représentations. Depuis plusieurs années, il cherche à mettre les bibliothèques plus en phase avec la population desservie. Il a tissé des pistes dans La nouvelle bibliothèque (Territorial Editions). lire la suite

Il y a 3 ans 7 mois Blog

La Bibliothèque de Clamart, victime de son succès?

KASPAR VOGLER

Une incertitude pèse sur la Petite Bibliothèque Ronde. Propriétaire des locaux, la mairie de Clamart entend fermer ce lieu sous prétexte de travaux dont l'urgence est contestée par l'association qui fait vivre cet établissement historique. A terme, elle redoute que le lieu (et surtout le projet) ne lui échappe pour entrer sous le seul giron municipal. Cela est perçu comme une menace car le caractère pionnier de la bibliothèque de Clamart est fortement attaché à son statut associatif. L'innovation dans la conception du lieu comme dans la réflexion sur l'accueil des enfants n'aurait sans doute pas été possible dans le contexte du début des années 60 à l'intérieur d'une politique municipale ou même nationale. La vision dominante de l'enfant et de la bibliothèque était loin d'être celle portée à Clamart par Geneviève Patte. Il a fallu cette liberté pour que cet établissement pionnier ne voie le jour. Mais la menace qui pèse sur elle n'est-elle pas le résultat du succès de son projet initial ?

Dans le projet de Clamart, l'accent est mis sur l'enfant et sur la représentation que l'on s'en fait. Celui-ci est largement défini comme une personne dotée d'une sensibilité, d'un imaginaire, de rêves et de besoins qui lui sont propres. Au début des années 60, cette perception de l'enfant est loin de faire l'unanimité dans la population et dans les institutions. Certes le collège unique a été créé mais les instituteurs disposent toujours d'un grand pouvoir dans l'éducation des enfants. Ceux-ci doivent encore largement se plier aux règles et aux attentes de l'institution scolaire. Dans le monde des bibliothèques, les sections jeunesse sont encore très rares et longtemps encore il s'agira moins d'être à l'écoute de la personnalité des enfants que de les éduquer ou les orienter vers certaines lectures plutôt que d'autres (des romans plutôt que des BD par exemple). L'accueil des « bébés lecteurs » n'a pas encore sa place. La bibliothèque de Clamart a porté une vision nouvelle de l'enfant et des services à lui proposer. Elle en a été la vitrine à l'instar de ce que la BPI a été après elle pour les bibliothèques de lecture publique pour adultes.

Et cette vitrine a effectivement très largement fonctionné puisque les sections jeunesse sont devenues un service de base de tout nouvel établissement à partir des années 70-80. L'idée qu'il faille prendre en compte la personne des enfants ne fait plus question et les professionnels ont désormais à cœur de trouver le bon livre pour la bonne personne au bon moment...

Précurseur

La bibliothèque de Clamart a vu le jour à un moment où la littérature de jeunesse occupait une place autrement plus faible que celle qui est la sienne désormais. Geneviève Patte raconte qu'elle a cherché à identifier les livres pour la jeunesse dans les autres pays en vue de nourrir les collections de la bibliothèque car l'offre existante en France était encore bien faible au début des 60s. Les grands éditeurs pour la jeunesse telle L'école des Loisirs n'avaient pas encore vu le jour. L'association « La Joie par les livres » qui est à l'origine de la bibliothèque de Clamart a fortement contribué à repérer et mettre en avant la richesse de la production de livres de jeunesse. Elle a ainsi ouvert la voie à un long processus d'institutionnalisation de la littérature de jeunesse qui a reçu sa consécration par le rattachement de La joie par les livres à la BnF en 2008. La littérature de jeunesse a connu une formidable croissance non seulement dans la production mais aussi dans la demande dont elle fait l'objet (y compris au-delà du cercle des professionnels) ainsi que dans la reconnaissance qui est la sienne. Là encore, la bibliothèque de Clamart a ouvert une voie qui l'a très largement dépassée.

La Petite Bibliothèque Ronde constitue donc une trace d'un passé qu'elle a fait naître. En cela, elle est porteuse d'une histoire (que redouble l'architecture de son bâtiment) qui mérite d'être connue, respectée et qui dépasse le cadre de la commune de Clamart. A ce titre, elle pourrait recevoir davantage de soutiens du monde du livre jeunesse et du ministère de la culture. Cela serait nécessaire pour pouvoir affronter la négociation avec la mairie de Clamart qui l'aborde avec une logique de soumission qui nie ce rôle historique.

A l’heure où les jeunes interrogent les bibliothèques par la mutation de leurs pratiques culturelles en général et de lecture en particulier, la Petite Bibliothèque Ronde est et pourrait être encore davantage un lieu d’observation et d’expérimentation. Rien de tel qu’un projet qui s’appuie sur le passé, non ?
close

S’abonner à #La Lettre