Nomination

Judith Rosenzweig-Becqueriaux, directrice des droits étrangers de Gallimard

Judith Rosenzweig-Becqueriaux nommé directrice des droits de Gallimard - Photo DR

Judith Rosenzweig-Becqueriaux, directrice des droits étrangers de Gallimard

La directrice des droits de Denoël prend également la tête du service des droits étrangers de Gallimard à partir du 1er janvier. Anne-Solange Noble, qui occupait ce poste depuis 27 ans, passe à mi-temps et reste chargée, en totale autonomie, des cessions pour la langue anglaise pendant trois ans.

J’achète l’article 1.50 €

Par Marine Durand,
Créé le 01.10.2019 à 16h33,
Mis à jour le 01.10.2019 à 17h00

Gallimard réorganise son service de cessions de droits. Judith Rosenzweig-Becqueriaux, qui était en charge des cessions de droits de Denoël depuis 2010, est nommée à partir du 1er janvier 2020 directrice du service des droits étrangers de Gallimard, qui comprend cinq chargés de droit et une assistante. En parallèle de ses nouvelles responsabilités, elle continuera de surperviser les droits de traduction et de langue française pour Denoël, filiale du groupe Madrigall.

Titulaire d’un DEA d’histoire des relations internationales, Judith Rosenzweig-Becqueriaux a travaillé aux Etats-Unis puis aux cessions de droits de Perrin entre 2001 et 2009. Elle est par ailleurs, présidente de la commission internationale du Syndicat national de l'édition.
 
Anne-Solange Noble, chargée des cessions de droits en langue anglaise chez Gallimard. - Photo DR
Judith Rosenzweig-Becqueriaux succède ainsi à Anne-Solange Noble, qui après 27 ans à la tête du service des droits de Gallimard, lui passera le témoin progressivement. Anne-Solange Noble ne quitte pas la maison pour autant, puisqu'à sa demande, elle conserve un domaine réservé autonome, les cessions de langue anglaise, et reportera directement à la direction de Gallimard. Elle demeure salariée de la maison et travaillera à mi-temps jusqu'au 1er janvier 2023, date à laquelle elle prendra sa retraite. "C'est exactement la même configuration que j'avais proposée à Antoine Gallimard, quand je suis arrivée en 1992 pour remplacer Ania Chevallier", souligne Anne-Solange Noble auprès de Livres Hebdo. "Elle avait gardé le secteur russe en totale indépendance, cela a formidablement fonctionné pendant six ans."

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités