Foire de Francfort: un beau succès contrarié par des violences extrémistes | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 16.10.2017 à 17h09 (mis à jour le 16.10.2017 à 18h00) Francfort 2017

Foire de Francfort: un beau succès contrarié par des violences extrémistes

Photo OLIVIER DION

Une fréquentation en hausse, un record du nombre d'exposants et un contrat rempli pour La France à Francfort: le bilan est positif pour la 69e Foire du livre de Francfort. La manifestation a cependant été assombrie par le contexte politique allemand et international et une série d'incidents violents au sein même de la Foire.

La Foire du livre de Francfort affiche un bilan quantitatif en hausse avec une augmentation de 3% du nombre de ses visiteurs (après une baisse de 2% l’an dernier). La fréquentation de la Foire, selon les organisateurs, s’est élevée à 286425 entrées. Du côté des professionnels, la manifestation annonce 7300 exposants venus de 102 pays et plus de 500 agents et scouts littéraires. Au total 4000 événements ont été organisés, dont 350 sur le Pavillon français et plusieurs dans la ville (Alte Oper, Institut Goethe, Kunst Museum, Film Museum, Péniche L’Ange Gabriel..).
 
La France à Francfort a aussi réussi son invitation d’honneur avec 180 auteurs invités, des conférences souvent pleines, et plusieurs prix décernés sur la grande scène française : Sans oublier le dévoilement de la deuxième sélection du Goncourt, mercredi en direct, par Bernard Pivot, entouré de son jury.
 
Si le marché est, globalement, positif, la tonalité a été plus sombre. Plusieurs tables rondes montraient la difficulté de diffuser, publier et écrire librement dans certains pays, et notamment en Turquie. La présence d’Asli Erdogan en était le plus visible des symboles. La lutte contre les "fake news" s’est invitée dans les combats à mener. Les discours politiques révélaient aussi que la culture en Europe n’avait pas encore pris toute sa place. La directive européenne sur le droit d’auteur et la concurrence faussée des géants américains comme Amazon occupaient largement les discussions et les déclarations. Enfin, et surtout, les discours inauguraux ont révélé l’inquiétude de la montée des nationalismes, notamment à cause de la progression de l’extrême droite dans plusieurs pays d’Europe.

Une série d'incidents violents au sein même de la Foire
 
Ainsi, samedi, selon Deutsche Welle, plusieurs altercations ont éclaté durant la Foire quand Bjorn Höcke, du parti ultra-droitier AfD, a présenté son livre sur le stand de l’éditeur d’extrême droite Antaios. Des opposants d'extrême gauche ont protesté avec véhémence, tout comme ils ont empêché deux auteurs identitaires de s’exprimer. La police a dû intervenir. L’acte le plus violent est sans doute venu d’un néo-nazi qui a mis à terre et frappé un membre du parti Die Partei, à tendance anarchiste, Nico Wehnemann. Vendredi, un producteur de musique, Achim Bergmann, réputé proche de l’extrême gauche, a également été frappé par un homme appartenant au groupe d’extrême droite Junge Freiheit.
 
Le directeur de la Foire Juergen Boos rappelle qu’avec des visiteurs venus de 150 pays, il y a forcément "une énorme diversité d'opinions". Tout en rejetant "la position politique et les activités" de l’AfD, il souligne que "le plus grand salon international du livre" est tenu "de respecter le droit fondamental à la liberté d'expression", renvoyant la responsabilité sur "des groupes de gauche et de droite" et condamnant "totalement la violence comme moyen de résoudre les différends".
 
Le président de l’Association des éditeurs et libraires allemand, Heinrich Riethmüller a préféré insister sur l'humeur optimiste des professionnels et a appelé le secteur à "stimuler le débat et promouvoir le dialogue et le discours politique. Ces derniers jours, l'industrie du livre a démontré une fois de plus son dynamisme et sa diversité". Il a également lancé un appel clair en faveur "de la liberté d'expression et du pluralisme, pour une société ouverte et tolérante".

France-Géorgie 

La France a passé le relais à la Géorgie dimanche soir, en présence de Pénélope Bagieu et de l'écrivain géorgien David Gabunia. Paul de Sinety, commissaire général de La France à Francfort, a déclaré à cette occasion: "C’était un grand honneur et un grand plaisir pour nous, ainsi qu’une opportunité exceptionnelle de repenser l’Europe de la culture ensemble avec nos amis allemands. C’est cette vision que nous souhaiterions partager avec nos amis géorgiens."
 
La 70e Foire de Francfort se déroulera du 10 au 14 octobre 2018.

Sur les mêmes thèmes (2 articles)

close

S’abonner à #La Lettre