Presse

Fluide Glacial récolte des fonds pour sa survie

Capture d'écran de la campagne de financement de Fluide Glacial sur Kiss Kiss Bank Bank

Fluide Glacial récolte des fonds pour sa survie

Le magazine de bande dessinée, racheté en 2016 par Bamboo, doit combler le trou de trésorerie provoqué par la fermeture des kiosques.

Par Nicolas Turcev,
avec AFP,
Créé le 02.04.2020 à 11h36,
Mis à jour le 02.04.2020 à 12h01

Le magazine de BD humoristique Fluide Glacial, qui fête ses 45 ans, a lancé, le 1er avril, une campagne d'abonnements sur la plateforme Kisskissbankbank "pour lutter contre la morosité ambiante" mais aussi pour faire face à la disparition des kiosques. En moins de 24 heures, le journal a déjà récolté plus de 200% de la somme demandée.

"Fluide Glacial est aujourd'hui le dernier survivant de la presse d'humour créée dans les années 70. Il est également l'un des seuls magazines en France qui vit sans publicité", souligne le mensuel sur le site de financement participatif.

"Sans publicité, l'économie d'un journal comme Fluide Glacial repose uniquement sur ses lecteurs. Or, la disparition progressive des points de ventes, kiosques, maisons de la presse… associée aux difficultés majeures que rencontre Presstalis (...) contraint les éditeurs de presse à grossir les rangs de leurs abonnés", explique-t-il.

45 ans

"Le risque de ne plus retrouver son quotidien ou son magazine dans un kiosque de journaux n'a jamais été aussi menaçant", estime la publication fondée, en 1975, par Gotlib.

Racheté fin 2016 par la maison d'édition Bamboo, Fluide Glacial a accueilli dans ses pages des grands noms de la bande dessinée (Binet, Franquin, Riad Sattouf, Larcenet..) et vu naître des personnages aujourd'hui cultes, comme Les Bidochon, Gai-Luron, Superdupont ou Pascal Brutal.

"Plus vous serez nombreux à nous lire chaque mois, plus nous pourrons faire sérieusement un journal qui ne se prend pas au sérieux, continuer de travailler avec les plus talentueux des auteurs de bande dessinée, leur offrir des salaires convenables, car la situation des auteurs de BD est elle aussi très préoccupante", souligne le mensuel.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités