Des conquérants à l'assaut des salles | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 16.07.2019 à 17h22 (mis à jour le 16.07.2019 à 18h00) Cinéma

Des conquérants à l'assaut des salles

Yuli, L'oeuvre sans auteur, Le roi lion

Le danseur Carlos Acosta dans Yuli, le peintre Gerhard Richter qui inspire L'œuvre sans auteur et une nouvelle version du Roi Lion... Trois personnages qui vont défier l'autorité et combattre leurs peurs pour s'affranchir et s'émanciper. En salles le 17 juillet.

La cinéaste espagnol Iciar Bollain et le scénariste britannique Paul Laverty (connu pour sa collaboration avec Ken Loach) se penchent sur le destin du chorégraphe et danseur cubain Carlos Acosta, prodige né dans la misère qui deviendra une star du Royal Ballet de Londres. Tableau des inégalités sociales et portrait d'un homme qui ne voulait pas danser, Yuli est aussi bien un biopic qu'un film de danse, retraçant la carrière de Carlos depuis les bas-fonds de La Havane jusqu'à avoir son nom en haut de l'affiche. Avant de conquérir les plus grandes scènes du monde, Acosta aura souffert de sa couleur de peau, de sa condition sociale et de l'autoritarisme de son père. Le film agit comme une sorte de psychanalyse sur son destin.

Carlos Acosta avait raconté sa vie dans No Way Home - A Cuban Dancer's story (Harper Collins, 2007), inédit en France. En revanche, Kero avait édité sa première fiction en 2015, La cachette du diable, traduit par Serge Mestre, où un certain Oscar Kortico, en quête de ses origines, recherche le hameau de Pata de Puerco. Il explore son passé familial, mais aussi celui de son peuple et de l'île de Cuba.
 

Autre artiste, mais cette fois-ci plasticien. Le réalisateur de La Vie des autres revient avec une fresque, L'œuvre sans auteur, en compétition à Venise l'an dernier et deux fois nommé aux Oscars. Le film débute à Dresde en 1937. Le jeune Kurt Barnet visite l’exposition sur "l’art dégénéré" organisée par le régime nazi. Il découvre alors sa vocation de peintre. Dix ans plus tard en RDA, étudiant aux Beaux-arts, Kurt peine à s'adapter aux diktats du « réalisme socialiste ». Tandis qu'il cherche sa voix et tente d’affirmer son style, il tombe amoureux d'Ellie et décident ensemble de fuir à l'Ouest. Mais Kurt ignore que le père de celle-ci, le professeur Seeband, médecin influent du régime nazi.

Le scénario du film, inspiré de la vie du peintre Gerhard Richter, est disponible depuis fin juin chez Saint-Simon. Pour découvrir l'artiste, les éditions du Centre Pompidou ont édité une monographie l'an dernier, Gerard Richter, de Michel Gauthier. La maison Les Presses du réel avait publié en 2012 Textes: 1962-1993, compilant ses notes et ses entretiens réunis par Hans Ulrich Obrist.
 

Enfin, Disney revient sur les grands écrans avec une nouvelle version du Roi Lion, l'un de ses plus grands succès animés, mais cette fois-ci en utilisant l'image de synthèse et les prises de vues réelles. Peu de chose ont changé sur le territoire de Mufasa. On notera juste un peu plus de féminisme et de combattivité chez les lionnes, une tendance vegan chez les amis de Simba et un anthropormophisme assez saisissant. Rappelons que l'histoire de ce classique de chez Disney est inspiré par Le Roi Léo du Japonais Osamu Tezuka et Hamlet de William Shakespeare.

Les livres ne manquent pas depuis fin juin, afin de préparer la sortie du film. Hachette enfants, Hachette romans et Hachette jeunesse ("bibliothèque rose") sortent tous une version romancée du film ou l'histoire en images, selon les catégories d'âge ciblées. Il y a aussi des ouvrages plus ludiques chez Hachette jeunesse-Disney (coloriages, gomettes, ...) et même ludo-éducatifs (Le roi lion, je joue et j'apprends, pour les 3-4 ans et pour 5-6 ans) chez Hachette Education.

Pour les plus grands, Huginn & Muninn a publié le 5 juillet Le Roi Lion, c'est l'histoire d'un chef d'œuvre, un beau-livre illustré qui reprend toutes les déclinaisons par Disney, y compris sur scène, de cette histoire qui a su conquérir des dizaines de millions de gens dans le monde.
 


 
close

S’abonner à #La Lettre