Coupes budgétaires dans les BU de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, le 28.04.2014 à 18h26 (mis à jour le 28.04.2014 à 19h00) Bibliothèques

Coupes budgétaires dans les BU de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Photo BÂTIMENTS DE L'UNIVERSITÉ DE SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES. SOURCE : FLICKR

La Fédération des associations étudiantes de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines dénonce des restrictions qui auront notamment pour conséquence la fermeture des bibliothèques le samedi, alors que débute la période de révision.

L’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) vient de diminuer de manière considérable le budget 2014 de son réseau de bibliothèques. Le budget de fonctionnement sera de 59 700 euros, soit seulement 36 % des 165 700 demandés.

Le budget d’acquisition de livres, d’un montant de 530 000 euros en 2013, a été entièrement supprimé, tandis que celui des abonnements de revues a été amputé d’un tiers. Le budget pour les vacataires étudiants, qui permettent d’ouvrir les bibliothèques le samedi et en soirée, passe quant à lui de 90 000 euros à 69 100 euros.
 
Une situation dénoncée par la Fédération des associations étudiantes de l’UVSQ dans un communiqué publié le 24 avril. Les représentants des étudiants alertent sur les principales conséquences de ces réductions de budget : fermeture des bibliothèques le samedi alors que débute la période des révisions avant les examens ; arrêt complet des achats de livres jusqu’en 2015 ; pas de reprise du service de prêt entre bibliothèques, suspendu depuis plusieurs mois ; et fermeture de la bibliothèque médicale de Boulogne à partir de la rentée 2014, faute de vacataires.

L'UVSQ en cessation de paiement
 
Le réseau des BU fait partie des dégâts collatéraux de la politique de réduction de ses dépenses à laquelle est contrainte l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, en cessation de paiement malgré l’avance de 2,6 millions d’euros consentie en mars par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Cette situation est représentative des disfonctionnements liés au passage à l’autonomie des universités à partir de 2007, auxquels sont confrontés la plupart des établissements universitaires, peu habitués à gérer des budgets devenus considérables.

Les bibliothèques se trouvent généralement en première ligne des restrictions budgétaires, comme l’a confirmé une récente enquête de l’ADBU (Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation).

En début d’année, le cas de la bibliothèque interuniversitaire Santé à Paris, contrainte de supprimer la quasi totalité de ses abonnements, avait ému le milieu professionnel.
close

S’abonner à #La Lettre