Les achats de livres en bibliothèque universitaire continuent de baisser | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, le 24.03.2014 à 18h29 (mis à jour le 24.03.2014 à 19h58) Budget

Les achats de livres en bibliothèque universitaire continuent de baisser

Centre universitaire Lyon 2 - Photo © GILLES AYMARD

L’enquête annuelle de l’ADBU révèle que les abonnements aux ressources de niveau recherche concentrent la plus grande part des dépenses au détriment des livres imprimés ou numériques destinés aux étudiants.

L’ADBU (Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation) donne à nouveau l’alarme concernant la baisse des achats de livres dans les bibliothèques universitaires.
 
L’enquête réalisée chaque année par l’association confirme une tendance observée depuis déjà plusieurs années : les budgets d’acquisition sont en grande partie absorbée par les abonnements aux ressources en ligne de niveau recherche au détriment des livres. Les dépenses en documentation électronique destinée aux laboratoires ont augmenté de 457 % entre 2002 et 2014. Entre 2001 et 2010, les dépenses pour les achats de livres n’ont augmenté que de 32,8 % avant de connaître une baisse de 24,8 % entre 2010 et 2014. “Les achats de livres atteignent en 2014 un montant inférieur à celui de 2002 et cette baisse n’est pas compensée par l’achat de ebooks qui reste très faible, moins de 2% des budgets d’acquisition globaux”, alerte l’ADBU dans un communiqué publié lundi 24 mars. La part des achats de livres est ainsi passée de 32 % en 2002 à 22,7 % en 2014.
 
L’ADBU s’inquiète de l’appauvrissement des fonds documentaires à destination des étudiants : “Le choix des universités françaises a clairement été de maintenir, quel qu’en soit le coût, les abonnements aux ressources de niveau recherche, au détriment des étudiants, de leur réussite, et de l’égalité des chances.”
 
Dans certaines bibliothèques universitaires, la situation est dramatique, comme le montre l’exemple récent de la Bibliothèque interuniversitaire santé à Paris qui a dû procéder en janvier à un désabonnement massif de ses ressources en ligne ou imprimées.
close

S’abonner à #La Lettre