César 2019 : les lauréats en livres | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 23.02.2019 à 12h32 (mis à jour le 23.02.2019 à 13h00) Cinéma

César 2019 : les lauréats en livres

Dans la nuit du 22 au 23 février, les professionnels du cinéma ont couronné les films français de l'année 2018. Les César ont sacré Jusqu'à la garde et de nombreuses adaptations ou succès déclinés en livres ont été récompensés.

La soirée des César s’est achevée sur le sacre de Jusqu’à la garde, premier film poignant de Xavier Legrand sur un couple en cours de divorce, avec le prix du meilleur film, du meilleur scénario, du meilleur montage et de la meilleure actrice.
 
L’autre grand vainqueur est le western intimiste de Jacques Audiard, Les Frères Sisters, qui récolte 4 César lui aussi, dont celui de la meilleure réalisation. Il s’agit de l’adaptation du roman de l’auteur canadien Patrick deWitt (traduit par Emmanuelle et Philippe Aronson). Publié chez Actes Sud en 2012, le livre a été finaliste du Man Booker Prize et lauréat de plusieurs prix au Canada. Il s’est écoulé à près de 30000 exemplaires en France toutes éditions confondues, dont un tiers des ventes se sont faites depuis la réédition en poche chez Babel à l’occasion de la sortie du film.
 
Ces deux films avaient été récompensés au festival de Venise, respectivement en 2017 et 2018.
 
Deux César repartent dans la besace du film Les Chatouilles, adaptation de la pièce de théâtre Les chatouilles ou la danse de la colère. Andrea Bescond, molière du "Seul en scène" en 2016, a écrit ce texte inspiré de son propre vécu d'enfant abusée sexuellement. Elle a coréalisé et coécrit le film avec Eric Metayer. Ensemble, ils ont reçu le César de la meilleure adaptation (et Karin Viard celui du meilleur second-rôle féminin). La pièce, prix du Jeune théâtre Béatrix Dussane-André Roussin 2016, est parue aux éditions Les Cygnes en 2015.
 
César des meilleurs costumes pour Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mourret, adaptation d’un conte de René Diderot, Histoire de Mme de La Pommeraye que Gallimard a publié en Folio en septembre dernier. Il s’agit d’un épisode de Jacques le fataliste, que l’éditeur fait précéder d’un autre texte, Sur les femmes. Jacques le Fataliste et son maître a été réédité ces derniers mois chez Flammarion et Archipoche.
 
Une affaire de famille
Palme d’or à Cannes, Une affaire de famille a été couronné par le César du meilleur film étranger. Lattès a publié fin novembre le roman écrit par le réalisateur Hirokazu Kore-eda à partir de son scénario (traduit par Corinne Atlan). Les ventes ont dépassé les 5000 exemplaires.
 
Michel Ocelot a enfin reçu un César du meilleur film d’animation (long métrage) avec Dilili à Paris. Sa sortie en salles avait été accompagnée nombreuses publications chez Casterman : l’histoire en images pour les plus de 6 ans, le grand album, le roman jeunesse et le livre documentaire. Un livre audio était également paru chez Gallimard Jeunesse Musique avec les compositions de Gabriel Yared.
 
Enfin, César du public pour avoir attiré le plus de spectateurs au cinéma depuis un an, Les Tuche 3 ont, rappelons-le, été décliné en bande dessinée par Falzar et Marco Paulo chez Michel Lafon (pour l’instant en deux tomes).
 
Les autres lauréats sont Shéhérazade (3 César dont meilleur premier film), Guy (2 trophées dont meilleur acteur pour Alex Lutz), Le Grand bain (César du meilleur second-rôle masculin), Ni juge, ni soumise (meilleur documentaire), Vilaine fille (meilleur court métrage animé) et Les petites mains (meilleur court métrage).
 
close

S’abonner à #La Lettre