Les Frères Sisters, conte fraternel dans une Amérique violente | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 18.09.2018 à 17h48 (mis à jour le 19.09.2018 à 09h45) Cinéma

Les Frères Sisters, conte fraternel dans une Amérique violente

L'adaptation du roman de Patrick deWitt, qui sera cette semaine au festival America, est l'événement cinéma de la semaine, aux côtés du film de l'auteur de BD Mathieu Sapin et de l'adaptation du roman de Peter Rock, Leave no trace (L'abandon).


Lion d’argent du meilleur réalisateur au récent Festival de Venise, Jacques Audiard revient sur les écrans français le 19 septembre avec son premier film anglophone au casting très hollywoodien.
 
Les frères Sisters est l’adaptation du roman de l’auteur canadien Patrick deWitt (traduit par Emmanuelle et Philippe Aronson). Publié chez Actes Sud en 2012, le livre a été finaliste du Man Booker Prize et lauréat de plusieurs prix au Canada. Il s’est écoulé à plus de 20 000 exemplaires en France toutes éditions confondues. En poche, Babel vient de sortir une nouvelle édition du récit, avec un visuel de l’affiche en couverture. Par ailleurs, l’écrivain est présent en France cette semaine, participant au festival America.
 
Si ce « western » est signé Audiard, l’adaptation est d’abord née de la volonté de l’acteur John C. Reilly, qui interprète dans le film le frère ainé, plutôt protecteur et romantique. Le comédien avait acquis les droits du livre avant sa publication, et l’a transmis à Jacques Audiard, qui a eu le déclic en le lisant.  
 

Outre John C. Reilly, coproducteur du film avec son épouse, on retrouve Joaquin Phoenix, dans le rôle du frère cadet impulsif et violent, Jake Gyllenhaal, détective a priori allié, et Riz Ahmed, savant traqué par ces trois hommes. Tout commence avec une grange brûlée avant de partir en cavalcade à travers des paysages grandioses, un pays en construction, des lois malléables et les racines du mal américain. Audiard, tout en utilisant les codes du Western – l’histoire se déroule en pleine ruée vers l’or, entre l’Oregon et la Californie –, raconte avant tout le parcours évolutif, parfois mélancolique et tendre, de ces hommes qui « grandissent » en abandonnant progressivement la violence, après avoir constaté son absurdité.
 
Ce n’est pas la première fois que le cinéaste césarisé et palmé à Cannes adapte un livre puisque De rouille et d’os était inspiré du recueil de nouvelles d’un autre écrivain canadien,  Craig Davidson.
 

Deux autres sorties le 19 septembre 2018

C’est un scénario original. Le poulain est une satire politique réalisée par l’auteur de BD Mathieu Sapin (Supermurgeman, Akissi). Après avoir décrit la politique dans Campagne présidentielle et Le château (Dargaud), il filme de manière grinçante la campagne d’une candidate vers l’Elysée.
 
Leave no trace. Remarqué à la Quinzaine des réalisateurs, le film de Debra Granik est la transposition de L’abandon (Rue Fromentin, 2012) de Peter Rock, que Points vient de rééditer en poche avec le titre du film. L’histoire est celle d’un duo père-fille fusionnel, réfugié dans une forêt, lorsqu’ils sont tous deux expulsés puis confrontés au monde moderne.
close

S’abonner à #La Lettre