RNL 2019

BD : Une clientèle plus fidèle et dépensière

La majorité des bande dessinées sont achetées pour un tiers, selon une étude conjointe menée avec le Syndicat national de l'édition et l'institut GFK. - Photo SYNDICAT NATIONAL DE L'ÉDITION

BD : Une clientèle plus fidèle et dépensière

Le segment de la bande dessinée est en croissance, notamment grâce aux achats cadeaux et une clientèle plus fidèle, révèle une étude sur les acheteurs de bande dessinée menée conjointement par le Syndicat national de l’édition et l’institut GFK à l’occasion des Rencontres nationales de la librairie. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 30.06.2019 à 21h30,
Mis à jour le 30.06.2019 à 21h30

En progression de 2% en volume et en chiffre d’affaires, la bande dessinée représente 15% du chiffre d’affaires de l’édition grand public, selon un rapport du groupe bande dessinée du Syndicat national de l’édition (SNE) mené avec l’institut GKF et présenté lundi 1er juillet lors des Rencontres nationales de la librairies (RNL). La synthèse de l’étude est disponible ci-contre

Cette croissance est contrastée au sein du segment. Entre 2016 et 2018, le poids des mangas a augmenté de 22% en volume et de 24% en valeur. Sur le même schéma, la bande dessinée jeunesse connaît un essor de 20% en volume et de 22% en valeur tandis que la bande dessinée de genre (aventure, histoire, policier, science-fiction, fiction contemporaine et non fiction) enregistre une hausse de 4% en volume et de 9% en valeur. A l’inverse, les comics et la bande dessinée "patrimoniale" —c’est-à-dire les séries publiées depuis plus de 35 ans— sont en baisse. 

"Vecteur de croissance" pour les librairies

Dynamique, le segment compte moins d’acheteurs qu’en 2016 (-3%) mais ces derniers sont plus fidèles au 9e art et achètent davantage de bande dessinées (+11%). Comparés aux acheteurs de littérature générale, les amateurs de bulles tendent également à acheter plus de livres —18 en moyenne pour les bédéphiles contre 13 pour les amateurs de littérature— et leur budget consacré au livre est plus conséquent (194 euros contre 148). 

L’étude révèle un portrait type de l’acheteur de bande dessinée. Il s’agit d’une femme quadragénaire, souvent mère de famille et habitant en ville. Il est intéressant de noter que la majorité des achats sont effectués pour un tiers, souvent un lecteur masculin âgé de moins de 30 ans, et que 58% de ces achats sont prémédités au titre. 

Selon l’étude, le 9e art se dessine ainsi comme "un vecteur de croissance" pour les librairies généralistes et spécialistes, à condition de développer les rayons porteurs que sont le manga et la BD jeunesse et de fidéliser les clients grâce aux achats cadeaux et à la synergie avec les autres rayons. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités