Amazon veut privatiser un couloir aérien pour ses drones-livreurs | Livres Hebdo

Par Agathe Auproux, le 29.07.2015 à 17h00 (mis à jour le 29.07.2015 à 18h00) - 3 commentaires Innovation

Amazon veut privatiser un couloir aérien pour ses drones-livreurs

Des drones automatisés qui circuleraient dans en zone reservée et livreraient les colis en 30 minutes : c'est le projet de plus en plus concret d’Amazon.

Déjà fin 2013, Jeff Bezos présentait "Prime Air", un programme de livraison de colis grâce à des mini-drones à l’étude. Aujourd’hui le fondateur et P-DG d’Amazon revient sur cette ambition en présentant des documents détaillés pour une mise en place sécurisée.
 
Amazon veut ainsi développer la livraison en 30 minutes par robots volants, et décrète que d’ici 10 ans maximum, des centaines de milliers de mini-drones arpenteront le ciel tous les jours sous leur propre contrôle automatique. Gur Kimchi, vice-président d’Amazon en charge du projet "Prime Air", a formulé cinq prérogatives à propos de la régulation aérienne des drones commerciaux :
- un suivi GPS ultra sophistiquée pour permettre aux drones de signaler leur géolocalisation en temps réel et
la communiquer aux autres drones autour
- une connexion internet à bord pour une émission de données permanentes
- un planning de vol en ligne pour permettre aux drones d’anticiper et de communiquer leurs trajets
- des équipements de communication pour leur permettre de "parler" et de collaborer entre eux afin d’éviter toute collision
- des capteurs sensoriels qui rendraient impossibles une collision avec les autres obstacles tels que les oiseaux, les batiments ou les cables electriques 
 
Conflit aérien

Gur Kimchi voudrait ainsi créer une zone aérienne de transit à haute vitesse, dans un couloir allant de 200 à 400 pieds d’altitude (61 à 122 mètres) réservé pour ses drones automatisés et équipés qui livreraient les colis en une demi-heure.
 
Dans le même temps aux Etats-Unis, l’Agence fédérale de l’aviation (FAA) est en train de rédiger une nouvelle norme qui permettrait aux drones commerciaux de voler uniquement s’ils restent dans le champ de vision de ceux qui les commandent depuis le sol. Car si les livraisons par drone ne sont plus un fantasme de science-fiction, plusieurs obstacles continuent d'empêcher leur développement. L'Association européenne des pilotes de ligne a récemment fait part de son inquiétude sur l'usage de ces machines volantes, notamment à proximité des aéroports, où de nombreux incidents sont survenus.

Commentaire récent

“ Des embauches! Vous rêvez, ce seront plutôt des débauches et dans les services de transport et livraison et dans les pharmacies. Sans compter l'atteinte à nos libertés fondamentales et l'ins... ” le libraire Masqué il y a 4 ans à 12 h 27
close

S’abonner à #La Lettre