Alejandro G. Iñàrritu, président du jury à Cannes: le cinéma mexicain déjà célébré en librairie | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, avec AFP, communiqué, le 27.02.2019 à 17h28 (mis à jour le 28.02.2019 à 17h27) Cinéma

Alejandro G. Iñàrritu, président du jury à Cannes: le cinéma mexicain déjà célébré en librairie

Alejandro Gonzáles Iñárritu - Photo STARMAX / BESTIMAGE

A 55 ans, le réalisateur mexicain vient d’être choisi comme président du jury du Festival de Cannes. Le festival qui se tiendra en mai va ainsi célébrer le cinéma mexicain.

Le jury de la 72e édition du Festival de Cannes sera présidé par Alejandro Gonzáles Iñárritu, a annoncé le festival dans un communiqué.

Le réalisateur doublement oscarisé de Birdman (2014) et de The revenant a réagi à cette nomination. Après avoir rappelé que le festival avait été  "très important pour lui dès le début de sa carrière" – il avait remporté le grand prix de la Semaine de la critique pour son premier film Amours chiennes – le cinéaste s’est dit "honoré et ravi" d’y revenir cette année en étant, de plus, "immensément fier" d’en présider le jury. Le président du Festival de Cannes, Pierre Lescure ainsi que le délégué général, Thierry Frémaux se sont également réjouis que le réalisateur ait accepté ce rôle en précisant qu’il s’agissait de "la première fois que le jury du festival sera célébré par un artiste mexicain", "cinéaste audacieux et auteur surprenant".
  
(Re)découvrir le cinéma mexicain en librairie
 
Babel (2006) qui lui avait valu le prix de la mise en scène à Cannes, avait été mis à l'honneur d'un beau livre de photographies publié chez Taschen en 2006. Alejandro G. Iñarritu a aussi adapté des romans ou nouvelles. C’est notamment le cas de Birdman tiré de la nouvelle What we talk about when we talk about love de Richard Carver (inédit en France) et de The revenant. Partiellement adapté de la nouvelle Le revenant de Michel Punke (Presses de la Cité, 2014 ; Le Livre de poche, 2016), le film est basé sur l’histoire vraie du trappeur Hugh Glass, dont le destin est retracé dans un livre de John Cooke (Hugh Glass: la rédemption du chasseur, éditions Infini Découverte, 2016).
 
Les amateurs de cinéma mexicain pourront également redécouvrir le film Amours chiennes, sorti en 2000, avec l'historien et cinéphile Paul Julian Smith. Publié en 2008 chez BFI Modern Classics, Amores Perros est une étude du film (en anglais) qui permet d’approfondir son rapport à la culture mexicaine. Le président du jury du Festival de Cannes 2019 a également été le sujet d’un livre, toujours en anglais et inédit en France, de Celestino Deleyto et Maria del Mar Azcano. Simplement intitulé par le nom du réalisateur, le livre fait partie d’une série consacrée aux réalisateurs contemporains, Contemporary Film Directors. Il a été publié par la University of Illinois Press en 2010.
 
Plus récemment, Marjorie Janer a étudié le cinéma mexicain dans son livre Le cinéma mexicain contemporain: un cinéma à la frontière, paru aux Presses universitaires de Provence en septembre 2017. Mais le réalisateur d’Amours chiennes n’est pas le seul mis à l’honneur dans le monde littéraire. Son compatriote Guillermo del Toro a également été au cœur d’un livre récent de Britt Salvensen et de Jim Shedden, Guillermo del Toro: dans l’antre avec les monstres, reliques et autres fétiches.

Le Festival de Cannes se tiendra du 14 au 25 mai prochain.
  • (1)
close

S’abonner à #La Lettre