Affaire Scarlett Johansson : l’exploitation du titre débloquée | Livres Hebdo

Par Manon Quinti, le 04.07.2014 à 17h38 (mis à jour le 07.07.2014 à 11h08) Justice

Affaire Scarlett Johansson : l’exploitation du titre débloquée

Scarlett Johansson. - Photo © GEORGES BIARD.

Le jugement du tribunal de grande instance de Paris rend possible la poursuite de la commercialisation du titre. La première chose qu’on regarde (2013) de Grégoire Delacourt sera publié en Angleterre chez Orion.

Dans son assignation, déposée en 2013, Scarlett Johansson demandait l’interdiction de l’exploitation de son nom, de son image et de sa notoriété, ce qui aurait découragé toute nouvelle publication du roman de Grégoire Delacourt, La première chose qu’on regarde (2013). Le tribunal de grande instance de Paris a condamné l’éditeur et l’auteur à verser 2500 euros de dommages et intérêts à Scarlett ... Lire la suite (600 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article
close

S’abonner à #La Lettre