4 « hot books » à la 70e Foire de Francfort | Livres Hebdo

Par Claude Combet, à Francfort, le 12.10.2018 à 18h00 (mis à jour le 16.10.2018 à 11h39) Francfort 2018

4 « hot books » à la 70e Foire de Francfort

Le nouveau pavillon au centre de la Foire. - Photo OLIVIER DION

Un premier roman indien, les Mémoires du chanteur de U2, un thriller et une histoire vraie napolitaine ont fait le buzz à Francfort (10-14 octobre).

Alors qu’ils s’apprêtent à quitter la Foire du livre de Francfort qui ferme ses portes le 14 octobre, les éditeurs se plaignent comme chaque année de l’absence de  « hot books ». Cependant, ils s’enflamment toujours pour certains titres, préemptent avant la foire, participent aux enchères, parfois même se battent pour un texte non terminé. Une fois encore, le business bat son plein. Voici quatre livres qui ont fait le buzz. 

Premier roman de l’Indienne Deepa Anappara, Djinn patrol on the purple line a gagné un prix décerné par l’université de East Anglia avant même sa publication. Il fait actuellement l’objet d’enchères entre huit éditeurs. En Grande-Bretagne, Chatto & Windus a gagné les enchères contre cinq de ses confrères, Random House l’a acquis pour les Etats-Unis, Rowolht pour l’Allemagne, Destino/Planétaire pour l’Espagne et Companhia Das letras pour le Brésil. Basé sur une histoire vraie – la disparition de trente enfants dans un village de la banlieue de Delhi entre 2003 et 2006 –, ce roman que l’on compare au Bizarre incident du chien pendant la nuit mêle les voix de Jai, 10 ans, qui enquête sur les disparitions de ses camarades. 

Les Mémoires de l’irlandais Bono, chanteur du groupe de rock mythique U2, qui n’ont pas encore de titre et ne sont même pas terminés, ont été vendus en Norvège, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis (Knopf). Il fait l’objet d’enchères en France et plusieurs éditeurs sont sur le coup. Mais il n’a pas encore d’éditeur en Espagne et en Italie. 

The chain, le thriller d’Adrian McKinty, a remué les éditeurs – le groupe Hachette aurait déboursé un million de dollars pour les seuls Etats-Unis, et Random House autour de 400000 livres sterling pour le Royaume-Uni – et a été acheté par Mazarine (le deal porte sur deux titres). Ecrivain irlandais vivant aux Etats-Unis, Adrian McKinty est un auteur reconnu de polars, publiés en France chez Stock et en « Série  noire », et d’une trilogie pour la jeunesse. Il a imaginé une histoire qui glace le sang : un enfant est enlevé. Le kidnappeur impose à sa mère d’enlever un autre enfant si elle veut qu’il survive. 

Il treno dei bambini de Viola Ardone. Douze pays ont préempté ce livre émouvant, dont l’univers rappelle celui d’Elena Ferrante, avant la foire : Albin Michel l’a emporté pour la France. Cette histoire vraie raconte comment, entre 1945 et 1952, des petits Napolitains ont été accueillis dans des familles de Bologne et du nord de l’Italie, avec l’aide du Parti communiste italien, pour qu’ils échappent à la famine. On y suit Amerigo, accueilli chez des syndicalistes d’Ancone où il apprend le violon, pris entre deux vies et deux familles, qui quittera finalement Naples pour devenir un violoniste célèbre.

close

S’abonner à #La Lettre