Une plainte déposée contre Pearson pour "projection financière trop optimiste" | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, avec The Bookseller, le 02.03.2017 à 16h47 (mis à jour le 02.03.2017 à 17h19) Etats-Unis

Une plainte déposée contre Pearson pour "projection financière trop optimiste"

De nouveaux actionnaires réagissent à une révision à la baisse des objectifs financiers de Pearson en 2017 et 2018.

Une procédure collective a été lancée par des actionnaires de Pearson American Depositary Receipts, qui ont acheté leurs actions entre le 21 janvier 2016 et le 17 janvier 2017, révèlent nos confrères du Bookseller, le 1er mars.
 
Ils dénoncent des "projections financières trop optimistes" sur les services éducatifs proposés par le groupe britannique, premier éditeur mondial, et l'abandon de son ambitieux objectif de croissance de 800 millions de livres sterling (934,8 millions d’euros) pour 2018.
 
En octobre 2016, John Fallon, P-DG de Pearson, avait qualifié de "fort" le niveau de compétitivité de l’entreprise malgré un "marché tendu". Il avait également assuré à ses actionnaires que le groupe était "sur la bonne voie" pour mener à bien son objectif de croissance de 934,8 millions d’euros d’ici 2018.

Pearson en difficulté financière

Cependant, quelques mois plus tard, en janvier 2017, les dirigeants du groupe ont revu leurs prévisions de croissance à la baisse pour 2017 et 2018 et réduit les dividendes au vu d’un marché du manuel scolaire "incertain et exigeant". Dans le même temps, le groupe a annoncé, le 18 janvier, vouloir se séparer de l’intégralité de ses parts (47 %) dans Penguin Random House.
 
La plainte déposée en action collective prétend que "l’équipe dirigeante de Pearson a établi des prévisions financières trop optimistes pour 2017 et 2018 concernant sa branche éducative quand, en réalité, les étudiants n’achetaient plus de produits Pearson puisqu’ils trouvaient des alternatives plus abordables. Ceci a conduit à de nombreux invendus", selon The Bookseller.
 
Un porte-parole de l’entreprise britannique a affirmé au magazine britannique que ces allégations sont "sans fondement", avant d’ajouter que "Pearson est en conformité totale avec les lois des marchés britanniques et américains, y compris pour les exigences en matière d’information".
close

S’abonner à #La Lettre