Royaume-Uni: des inégalités salariales entre femmes et hommes toujours importantes | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, avec The Bookseller, le 08.04.2019 à 19h14 (mis à jour le 08.04.2019 à 20h00) Social

Royaume-Uni: des inégalités salariales entre femmes et hommes toujours importantes

Un nouveau rapport alerte sur les trop faibles progrès réalisés en matière d'inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans le secteur de l’édition au Royaume-Uni. De nombreux acteurs appellent à davantage de transparence.

Sur les 14 éditeurs britanniques où l’écart médian du salaire minimum était déjà en faveur des hommes en 2017, la moitié a vu ce fossé se creuser en 2018. A Penguin Random House, l’écart de salaire médian entre les sexes favorisaient toujours les hommes en 2018 avec un salaire de 4,6% plus élevé que les femmes. Chez Macmillan l'écart est de 6% en faveur des hommes. Du côté d'HarperCollins, la différence est de 10,2%. Dans le secteur scolaire et universitaire, en revanche, les éditeurs font de sensibles progrès.

Concernant les libraires et distributeurs, le salaire moyen d'un homme était supérieur de 19,6% chez WG Smith, 5,5% chez Bertram, 4,7% chez Waterstones et 1% chez Amazon.

Ces calculs ont été transmis lors de la publication du nouveau rapport du Bureau des statistiques nationales. Ces chiffres laissent encore présager un long chemin avant d’atteindre la parité homme-femme en matière de rémunération. Globalement, au Royaume-Uni, les femmes sont payées 17,9% de moins que les hommes.

De meilleurs résultats à venir
 
Mélanie Tansey, DRH de Hachette UK a appelé à une plus grande transparence du monde de l’édition en matière d’égalité salariale. "L’objectif des rapports sur l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes est de faire la lumière sur la composition de la main d’œuvre, le sexe des personnes occupant les rôles de rémunération les plus élevés et les plus faibles ayant un impact énorme sur les chiffres globaux." a-t-elle expliqué.
 
Stephen Lotinga, membre de la Publisher Association, a déclaré que les éditeurs étaient toujours déterminés à résoudre les problèmes de parité de rémunération entre les sexes. Il a appelé à "une plus grande transparence des salaires, un travail flexible et des programmes pour aider les femmes à occuper des postes de leadership".

Enfin, Suzy Astbury, directrice générale d'Inspired Selection a tempéré ces chiffres en expliquant que certaines entreprises ont mis en place des processus plus inclusifs et des meilleures politiques, mais que cela ne se reflètait pas encore dans les résultats de cette année. "Cela va prendre du temps" affirme-t-elle.
 
close

S’abonner à #La Lettre