Pour le SLF, un livre expédié à domicile coûte plus cher qu'un livre acheté en librairie | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 11.07.2014 à 16h47 (mis à jour le 11.07.2014 à 17h02) - 6 commentaires Loi Anti-Amazon

Pour le SLF, un livre expédié à domicile coûte plus cher qu'un livre acheté en librairie

Se félicitant de l'application de la loi encadrant les conditions de vente à distance des livres, le Syndicat de la Librairie Française explique qu'il est désormais plus intéressant pour le consommateur d'aller acheter son livre dans une librairie plutôt que sur Internet.

Dans un communiqué daté du 11 juillet, le Syndicat de la Librairie Française (SLF), se félicite de l'application de la loi encadrant les conditions de vente à distance des livres, communément appelée loi "anti-Amazon".

Pour le SLF, cette loi rééquilibre la concurrence entre les "pure players" et les libraires en interdisant la réduction de 5% et le franco de port pour l'expédition de livres à domicile. Dorénavant, "un livre expédié à domicile coûte plus cher qu'un livre acheté ou retiré en librairie", selon le Syndicat. Le rabais de 5% ne peut-être qu'appliqué à un achat de livre acheté ou retiré en librairie.

Le SLF donne un exemple concret : "Pour un livre dont le prix de vente, fixé par l'éditeur, est de 10 euros, le prix Amazon ou Fnac.com sera de 10,01 euros (les deux sites ayant décidé de faire payer un centime d'euro la livraison, ndlr) contre 9,5 euros en librairie avec la réduction de 5%."

Le SLF cible nommément Amazon et la Fnac. "Amazon communique sur son nouveau tarif d’expédition à 1 centime d’euro, laissant entendre qu’il arrive à contourner la loi « encadrant les conditions de vente à distance » qui vient d’entrer en application. Les libraires considèrent au contraire que cette loi va contribuer à rééquilibrer les conditions de concurrence entre eux et les vendeurs en ligne. Quant à la Fnac, dont le site est le deuxième sur le marché, on peut s’étonner qu’elle ne se soit toujours pas mise en  conformité avec la loi" explique le communiqué.

Pour le Syndicat, Amazon cherche à contourner la loi sur le prix unique du livre, dite Loi Lang de 1981, depuis son arrivée en France en tentant de casser les prix, "non par souci du consommateur mais pour éliminer ses concurrents et détenir un monopole sur le marché du livre".

Avant la nouvelle loi, qui permettait à Amazon d'appliquer systématiquement le rabais de 5% sur le prix des livres et la gratuité des frais d'expédition sans minimum d'achat, "tout livre vendu par Amazon conduisait à une vente à perte", perte commpensée par l'évasion fiscale pratiquée par le groupe américain. 

Avec la nouvelle loi, cette "concurrence déloyale" n'est plus possible, selon le SLF. 

Sur les mêmes thèmes (1 article)

Commentaire récent

“ Les libraires ronronnent depuis 30 ans, date à laquelle je faisais mes études de langues : commander des bouquins en allemand ou en espagnol, c'était la galère et ça n'a pas changé. Encore a... ” Christian il y a 5 ans à 16 h 45
close

S’abonner à #La Lettre