"On ne meurt pas d’amour" de Géraldine Dalban-Moreynas chez Plon | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 18.07.2019 à 10h00 Un premier roman par jour

"On ne meurt pas d’amour" de Géraldine Dalban-Moreynas chez Plon

Géraldine Dalban Moreynas publie "On ne meurt pas d'amour" chez Plon le 22 août. - Photo DR/PLON

Pendant l’été, Livres Hebdo présente chaque jour un premier roman de la rentrée littéraire 2019. Avec On ne meurt pas d'amour, l’auteure raconte une histoire d’amour contemporaine.
 
 

"Il est 18 heures. Elle n’a rien. Elle se demande si c’est tout à fait normal de passer autant de temps à chercher un cadeau pour la crémaillère de gens que l’on connaît à peine" peut-on lire dans les premières lignes d’On ne meurt pas d’amour de Géraldine Dalban-Moreynas, à paraître chez Plon le 22 août prochain.

Les lecteurs découvriront l’histoire d’une journaliste, âgée de 30 ans et future mariée, qui vient d’emménager avec son amoureux dans un très beau loft, et de son voisin du dessous, également âgé de 30 ans, marié et père de famille. Ils se croisent pour la première fois, un dimanche pluvieux de novembre, sous le porche de l’entrée. Elle sentira tout son corps se vider. Il aura du mal à parler.

"Une histoire très contemporaine, qui renouvelle les schémas de la comédie de mœurs en mettant en scène le mari et sa femme, l'amant et la sienne. Cela nous vaut un premier roman réussi, vif, assez ironique, et peut-être pas autobiographique" écrit Jean-Claude Perrier dans son avant-critique publiée dans le numéro du 31 mai.
 
Géraldine Dalban-Moreynas a débuté sa carrière comme journaliste, avant de prendre la tête de la communication du Ministère de la cohésion sociale e  de la parité en 2006. En 2008, elle fonde son agence de communication et de  relations presse, qu’elle ferme en 2018 pour se lancer dans une nouvelle aventure: la  décoration. Elle crée M.conceptstore, entre Paris et  Marrakech, et ouvre une boutique à Montmartre. Elle publie sur son fil Instagram @geraldinefromlabutte des chroniques de vie quotidienne aujourd’hui suivies par des dizaines de milliers de personnes.
close

S’abonner à #La Lettre