Lola Lafon lauréate du prix Ouest-France Étonnants voyageurs 2014 | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, à Saint-Malo, le 08.06.2014 à 22h26 (mis à jour le 10.06.2014 à 07h43) Saint-Malo

Lola Lafon lauréate du prix Ouest-France Étonnants voyageurs 2014

Photo LYNN SK

La petite communiste qui ne souriait jamais, paru en janvier chez Actes Sud, est récompensé à Saint-Malo, où huit autres prix ont été décernés.

A l'occasion du festival Etonnants voyageurs de Saint-Malo, qui est chaque année l’occasion de la remise de plusieurs prix, le prix Ouest-France Etonnants voyageurs, dont le jury est constitué de 10 Jeunes âgés de 15 à 20 ans et qui est doté de 10 000 euros, a été attribué dimanche 8 juin à Lola Lafon pour La petite communiste qui ne souriait jamais, paru en janvier chez Actes Sud. « Je suis très émue que ce soit des lycéens qui aient compris et entendu cette jeune fille », a déclaré Lola Lafon, évoquant la gymnaste roumaine Nadia Comaneci qui a inspiré son livre.
 
Le festival, qui se déroule du 7 au 9 juin, inaugurait cette année une nouvelle récompense : le prix Littérature-monde, créé par l’Agence française de développement et Etonnants voyageurs. Inspiré du manifeste « Pour une littérature-monde en français » paru dans le journal Le Monde et signé par 44 écrivains, ce prix récompensera chaque année un ouvrage écrit en français et un roman traduit. Le jury de cette première édition (les écrivains Paule Constant, Amanda Devi, Nancy Huston, Dany Laferrière, Michel Le Bris, Atik Rahimi, Jean Rouaud et Boualem Sansal) a distingué Carole Zalberg pour Feu pour feu paru en début d’année également chez Actes Sud, et l’écrivain canadien Joseph Boyden pour Dans le grand cercle du monde, paru chez Albin Michel. « Le manifeste correspond à ma conception de la littérature, je ne pouvais pas rêver mieux que d’être choisie par un jury aussi prestigieux », s’est réjoui Carole Zalberg, tandis que Joseph Boyden, invité du festival pour la 3e fois, a déclaré qu'il se sentait « un peu comme chez moi à Saint-Malo ».
 
Le prix Joseph Kessel a été attribué à Thomas B. Reverdy pour Les évaporés (Flammarion), à la fois roman policier et roman d’amour qui offre une traversée du Japon contemporain.

Le prix Nicolas Bouvier a distingué Benny Ziffer pour son premier roman traduit en français, Entre nous, les Levantins (Actes Sud), un carnet de voyage du Caire à Amman, en passant par Istanbul, Athènes et Paris.

Le prix des gens de mer est revenu à Christophe Chabouté pour le tome 1 de Moby Dick (Vents d’Ouest), roman graphique qui revisite le chef d'oeuvre d’Hermann Melville.

Le prix Ganzo a été remis au romancier et scénariste Dominique Sampiero.

Annoncé plus tôt dans la semaine, le Grand prix de l’imaginaire a été remis dimanche en fin d’après-midi à L.L. Kloetzer pour Anamnèse de Lady Star (Denoel) dans la catégorie roman francophone et à Andrus Kivirähk pour L’homme qui savait la langue des serpents (Le Tripode) dans la catégorie roman étranger.
close

S’abonner à #La Lettre