livres numériques

Dans son rapport sur "l’offre numérique éditoriale pour les étudiants" publié en mars, l’Inspection générale des bibliothèques dresse un bilan sévère de la situation. Cette offre, proposée aux bibliothèques par des fournisseurs, est considérée comme "encore trop restreinte, peu lisible et peu visible, compliquée daccès, dispersée sur des plates-formes hétérogènes et souvent peu ergonomiques", détaille l’auteur du rapport, Olivier Caudron, inspecteur général des bibliothèques. L’étude souligne également la grande diversité des modèles économiques proposés par les fournisseurs.

Ce contexte constitue un frein à l’utilisation du livre numérique par les étudiants, qui conservent une préférence pour le papier. L’offre numérique éditoriale coexiste avec la production pédagogique des universités, en particulier des huit universités numériques thématiques (UNT). L’Observatoire numérique de l’enseignement supérieur (Ones), né en 2010 d’un partenariat entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le Syndicat national de l’édition, n’a pas permis jusqu’à présent de réaliser des avancées décisives, essentiellement faute de moyens financiers, note le rapport. Ce dernier formule sept préconisations, parmi lesquelles l’adoption pour les livres numériques du droit de prêt qui existe pour le livre imprimé, et le renforcement du rôle de l’Ones. V. H.

http: //www.enseignementsup-recherche.gouv.fr

13.04 2018

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités