Disparition

L’auteur et illustrateur japonais Mitsumasa Anno s’est éteint le 24 décembre, à l’âge de 94 ans. Né à Tsuwano, au nord d'Hiroshima, il passe son enfance dans l’auberge de ses parents et se passionne dès son plus jeune âge pour le dessin. N’ayant aucun livre à la maison, le jeune enfant reproduit les illustrations des illustrés (Tarzan, Superman). A côté, il observe la nature et en dessine les moindres détails.
 
Coupé dans son élan par la seconde guerre mondiale, Mitsumasa Anno change de parcours à la fin du conflit et exerce pendant une dizaine d’années la fonction d’instituteur, de professeur d’art et de mathématiques. Très vite, il est déterminé à mettre de côté l’enseignement au profit d’une carrière artistique. Il décide de rejoindre Tokyo et publie à 42 ans son premier ouvrage, Jeux de construction, paru en 1968 au Japon et 1970 en France à L'école des loisirs. Grace à ce premier texte, qui s’inspire des illusions et des constructions impossibles du peintre et graveur néerlandais Maurits Cornelis Escher, il découvre un grand succès.

Sa fascination de l'Europe

Durant les années 70, l’auteur illustre avec la technique de découpage sur papier plusieurs contes populaires comme Momotarō, le petit garçon pêcheur, Le moineau à la langue coupée, L'histoire du vieil homme qui a fait fleurir les arbres. Au fil des ans, l’auteur se fascine pour l’Europe et y fait deux longs voyages (1963 et 1975). Dans ses dessins, il en a saisi l'essentiel de la culture et des mœurs européennes, notamment dans Ce jour là, paru en 1978 chez L'école des loisirs. Page après page, le lecteur suit un cavalier solitaire, qui visite l'Europe des légendes, des traditions, des coutumes à travers des dessins traités à la plume, à l’encre et à l’aquarelle.

Malgré une œuvre très marquée par l’Europe, l’auteur décide de revenir à ses racines. Dans ses derniers travaux, il situe son sujet dans sa région natale avec des séries d'aquarelles. En 1996, Mitsumasa Anno rend hommage à la culture japonaise, en illustrant le Conte de Heike à l'encre et aux pigments en poudre sur soie. En parallèle, il illustre la série Kaido wo Yuku (Sur les routes) de Ryotaro Shiba, publiée par l'hebdomadaire Shukan Asahi.

Sa passion pour les maths
 
Son passé de professeur de mathématiques ne l’aura jamais quitté. Sa passion pour les sciences et pour l’astronomie est au cœur de plusieurs albums parus chez dont Dix petits amis déménagent (1982, L'école des loisirs), La terre est un cadran solaire (1987, l'école des loisirs), la série Jeux mathématiques (à partir de 1991 chez Père Castor-Flammarion), Comment la terre est devenue ronde (2000, l'école des loisirs).

Pour l’ensemble de sa carrière, il a reçu de nombreuses distinctions dont le prix du Brooklyn Museum of Art, le prix Golden Apple de la Biennale de l'illustration de Bratislava et le prix Hans Christian Andersen en 1984, qui récompense les auteurs et les illustrateurs ayant apporté une contribution durable à la littérature pour enfants. 
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités