Librairie

Du nom de l’arbre béni symbole de paix, de force et de sagesse, la librairie lilloise l’Olivier aura vécu 35 ans et fermera le samedi 30 décembre au soir. Depuis plusieurs mois, son fondateur Naji Younes diminue les commandes et liquide progressivement son fonds en vue de son départ à la retraite à 62 ans. "Il ne me reste plus grand chose. Je vais aussi en garder pas mal pour moi", confie le libraire à la veille de la fermeture. La librairie devrait devenir une agence immobilière à défaut d'avoir trouvé un libraire repreneur.
 
Située 51, rue Basse dans le quartier du Vieux-Lille, l’Olivier incarne depuis 1982 un lieux d’échanges et de partage sur le monde arabe et l’Orient. A l’époque, Naji Younes, né en Palestine, achève des études universitaires en Sciences économiques et souhaite œuvrer pour "quelque chose d’utile". Constatant un manque d’accès à la culture "dans notre département du Nord", il fonde cette librairie spécialisée avec la volonté de créer un lieu où "chacun trouve son bonheur". Le fonds propose entre 8000 et 10000 titres sur "tout ce qui est Orient", aussi bien dans les domaines de la poésie, que l’apprentissage des langues, la philosophie et la littérature. On y trouve l’essentiel de la production éditoriale sur le Proche-, le Moyen- et l’Extrême-Orient, partagé entre 70% de livres en français et 30% d’ouvrages en arabe.

Le départ de ce lieu où "les clients sont des amis" et où "chaque jour est un événement" n’est pas sans nostalgie pour le libraire pour qui l’Olivier est "une création, comme un enfant".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités