L'espion qui l'aimait | Livres Hebdo

Par Olivier Mony, le 24.01.2020 Roman/États-Unis 6 février Lea Carpenter

L'espion qui l'aimait

Lea Carpenter - Photo NICHOLAS LATIMER/GALLMEISTER

De l'espionnage, Lea Carpenter fait un enjeu tout à la fois métaphysique et sentimental.

Ce sont deux genres en soi, même si l'un procède de l'autre. D'abord le roman d'espionnage, disons traditionnel, ses codes, ses passages obligés, ses brumes posées sur le réel. Ensuite, le récit géopolitique post-11 Septembre, dans lequel l'espionnage joue un rôle éminent aussi, de la superpuissance américaine en crise d'identité d'abord. Résultat : pour de rares bons livres, nombre de « blockbust

Lire la suite (2 150 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Livre cité (1)

Auteur cité (1)

close

S’abonner à #La Lettre