Edition

Les nouvelles voix du monde arabe

Manifestation à Rabat, Maroc, juillet 2015. - Photo ABDELHAK SENNA/EPA/CORBIS

Les nouvelles voix du monde arabe

Cinq ans après le printemps arabe, dans une zone fortement perturbée par les guerres, l’édition arabophone se décentre, se renouvelle et affiche un dynamisme en partie soutenu par les pays du Golfe.

J’achète l’article 4.5 €

Par Anne-Laure Walter, Gilles Bouvaist,
Créé le 26.02.2016 à 00h00,
Mis à jour le 26.02.2016 à 10h29

A quelques distances de la blanche mosquée Hassan-II qui s’avance, ornée de ses zelliges verts, sur l’océan, une marée d’enfants se pressent au Salon international de l’édition et du livre (Siel) de Casablanca. Du 12 au 21 février, la manifestation aura accueilli près de 300 000 visiteurs. Dans les travées, si les librairies marocaines comme Préface, Carrefour des livres ou Livremoi offrent un large assortiment de livres en français, à l’autre bout du hall, les têtes se voilent et les barbes s’allongent. Le gros des exposants commercialise du livre en arabe, de lourds volumes religieux et des livres pratiques ou pour la jeunesse empilés à même le sol. "L’édition, comme toutes les sociétés arabo-musulmanes, a connu depuis les années 1970 un mouvement de réislamisation qui s’est traduit par l’explosion du livre islamique patrimonial, avec les grands livres de théologie en dix volumes, ou de prosélytisme, analyse Farouk Mardam-Bey, qui dirige Sindbad au sein d’Actes Sud. Dès lors, l’espace de création s’est réduit."

Les vastes pavillons du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) de Casablanca qui a accueilli 300 000 visiteurs du 12 au 21 février. A l’arrière-plan, le minaret de la mosquée Hassan-II. - Photo A.-L. WALTER/LH

Une production de qualité

Pourtant, quelques stands détonnent, tel celui du Centre culturel arabe. A une échelle moindre qu’Hachette Antoine, société détenue à parts égales par Hachette Livre et La Librairie Antoine (Liban) et qui fait un gros travail de diffusion de titres traduits en arabe, Haissam Fadel, son directeur, édite 60 % de traductions à fort potentiel commercial. Installé au Maroc avec une succursale à Beyrouth, l’éditeur publie des best-sellers comme Twilight ou Guillaume Musso. Le reste de sa production arabophone est "plus littéraire que commerciale", comme le roman de Mohamed Achâari, L’arc et le papillon, sur l’embrigadement d’un jeune homme par al-Qaida.

Dominée par le livre scolaire, institutionnel ou religieux, l’édition en langue arabe a développé via des indépendants militants une production de qualité. "Est-ce dû au complexe du colonisé ? Il faut que l’Occident puisse nous connaître comme producteur de savoirs et non comme des consommateurs", souhaite l’éditrice marocaine Fouzia Doukkali, qui édite chez Toubkal 60 % d’essais, dont un, explosif, sur la frustration sexuelle et l’Islam.

Au moment où l’Occident regarde le monde arabe, réfléchit sur les questions de migration, de religion et de radicalisation, émerge une production de pensées issue de cette région du monde. "Après l’embellie post-révolutionnaire, nous nous retrouvons dans une période de remise en question et de besoin de reconstruction, que l’édition accompagne à travers les essais qui sont publiés", explique Monia Masmoudi, de Sud éditions (Tunisie). Si, comme le note Bichr Bennani, chez Tarik (Maroc), "pour maintenir la paix sociale, l’Etat paie de plus en plus d’éditeurs pour concevoir des ouvrages laudateurs sans intérêt", depuis le printemps arabe et malgré l’instabilité de la zone, de nouvelles voix parviennent à se faire entendre, comme la chercheuse Osire Glacier dont Tarik édite le travail sur les femmes. Certains éditeurs l’ont compris, notamment en France où les traductions de l’arabe progressent, à l’exception de l’an passé. Signe du regain de curiosité pour cette région, l’agence Astier-Pécher ouvre un bureau Afrique et Monde arabe dont va s’occuper Chayma Soltani. L’agence parisienne a par ailleurs monté pour le ministère de la Culture du Maroc un "hub des droits", en marge du Siel, où huit éditeurs sont venus du monde entier pour nouer des liens avec des éditeurs arabes et africains.

Le bel impact des printemps arabes

Source : Livres Hebdo/electre.com - Dix ans de traductions de l’arabe vers le français

74 traductions de l’arabe ont été publiées en France en 2015. Cela représente une baisse de 24 % par rapport à 2014 (98). Mais elle intervient après trois années particulièrement riches en traductions dans la foulée des printemps arabes. Sur dix ans, le nombre de traductions de l’arabe est passé de 57 à 74 titres par an (+ 30 %). Et 31 sont déjà annoncées pour 2016 selon electre.com.

Entre Maghreb et Machrek

On assiste aussi à un renouveau de la littérature en arabe au Maghreb. Barzakh (Algérie), qui vient de traduire Meursault, contre enquête de Kamel Daoud, intensifie sa production en arabe. La Croisée des chemins (Maroc) crée un département arabophone. "Historiquement, le Maroc s’est tourné vers l’Europe via l’édition en langue française, rappelle Abdelkader Retnani, le président de l’Union des éditeurs marocains (UEM). Aujourd’hui, nous avons aussi la volonté d’appartenir au monde arabe, de développer les échanges sur le continent." Pour mieux faire voyager les titres vers l’Est, des coéditions se nouent entre Maghreb et Machrek, notamment entre Barzakh et l’éditeur libanais Dar al-Jadeed.

"Le Caire écrit, Beyrouth publie et Bagdad lit…", dit l’adage. Si l’Egypte et le Liban restent les pays du livre, "depuis dix ans, le processus de diversification de l’édition arabe n’a fait que s’amplifier avec la création de nouvelles maisons hors de ces centres, ce qui a renforcé l’édition privée dans le monde arabe", analyse le chercheur Franck Mermier, qui prédit avec Charif Majdalani, dans Regards sur l’édition dans le monde arabe à paraître chez Karthala, un renforcement du "polycentrisme éditorial". "Beyrouth joue un rôle primordial dans le monde des idées, précise Rana Idriss, qui dirige les mythiques éditions Dar al-Adab. Les intellectuels qui ont été rejetés par les régimes de dictature voisins ont trouvé refuge dans les maisons d’édition libanaises." Sa maison, instance de consécration à la manière de Gallimard en France, a été fondée par son père, Souheil Idriss, et a édité notamment Naguib Mahfouz, qui ne pouvait pas publier en Egypte, où la parole est souvent muselée. L’écrivain Ahmed Naji en a fait les frais dimanche 21 février, condamné à deux ans de prison car son roman évoque le sexe et la drogue.

Au Caire, des éditeurs résistent comme Dar Merit qui fut la base arrière de la place Tahrir, ou Sefsafa, qui vient de publier en arabe Combat pour une presse libre d’Edwy Plenel. Malgré l’instabilité du pays, "ou peut-être grâce à elle car il n’y a pas d’Etat fort et censeur", avance Farouk Mardam-Bey, Beyrouth reste une ville refuge pour les éditeurs saoudiens, les livres interdits en Syrie ou au Bahreïn ainsi que, selon Franck Mermier, pour une édition chiite avec son marché propre (Iran, Irak, Bahreïn, Arabie saoudite).

Hors de leurs pays

Les événements dramatiques comme les guerres en Syrie, Irak, Libye ou au Yémen ont entravé le développement de l’édition mais, hors de leurs pays, les éditeurs poursuivent leur travail comme le Syrien d’al-Mutawassit en Italie ou l’Irakien d’al-Jamal en Allemagne. On assiste à une diversification des voix du monde arabe, note le traducteur Xavier Luffin, qui cite la littérature saoudienne (Rajaa al-Sana, Youssef al-Muhaymeed), celle de la Corne de l’Afrique avec Mohammed Ali Diriye et Zohra Mursal (Somalie) ou Haji Jaber et Abu Hamid Kahhal (Erythrée).

En l’absence de structures solides de diffusion, les éditeurs de la région font le tour des manifestations grand public. "Les foires, que ce soient celles de Sharjah, d’Abou Dhabi, de Djeddah ou de Ryad, sont en train de devenir incontournables pour la diffusion de nos livres", témoigne la Tunisienne Monia Masmoudi. Le groupe Antoine vient d’ouvrir un bureau en Arabie saoudite. "Comme les marchés se replient, que le lectorat se ferme, les éditeurs et auteurs doivent se tourner vers d’autres marchés du monde arabe, notamment ceux du Golfe", analyse Emmanuel Varlet, fin connaisseur de la région en tant que traducteur et directeur du domaine arabe au Seuil.

Le changement majeur de ces dix dernières années réside dans cette montée en puissance dans le secteur du livre des pays du Golfe et notamment des Emirats. Ils financent des foires professionnelles (Abou Dhabi en avril, Sharjah en novembre), des programmes de traduction et des prix littéraires tels l’Arabic Booker Prize et, dernièrement, le Katara. Le Bureau international de l’édition française (Bief) est présent tous les ans à Abou Dhabi, mais rares sont les professionnels français à se rendre à Sharjah en dehors d’Emmanuelle Collas (Galaade), d’Emmanuel Varlet ou de Pierre Astier. Pour le moment, "le terrain est occupé par les anglophones", note l’agente Laure Pécher. La proposition est pourtant alléchante. Le cheikh al-Qasimi investit chaque année 455 000 euros dans la foire pilotée par les Britanniques de Midas. Les Emirats financent déjà le football parisien, pourquoi pas un coup de pouce à la traduction ? A.-L. W.

"Une forme d’édition qui fait sa révolution"

Khaled Soliman al-Nassiry sur son stand au Salon de l’édition et du livre de Casablanca. - Photo A.-L. WALTER/LH

Khaled Soliman al-Nassiry a 36 ans et déjà une multitude d’identités. Cet éditeur, graphiste et cinéaste palestinien a grandi en Syrie où il a créé avec l’auteur irakien Ali Bader (1) les éditions al-Mutawassit, avant de fuir le pays pour s’installer à Milan. "Je vis au quotidien les questions d’identité, raconte-t-il. Les livres doivent en parler. Après le printemps arabe, beaucoup d’éditeurs se sont policés par rapport aux régimes pour pouvoir continuer à travailler. Du coup, les jeunes n’ont plus confiance et ont arrêté d’acheter des livres."

La maison a été relancée depuis l’Italie en 2012 et continue à traduire études post-coloniales, textes marxistes, penseurs européens comme Slavoj Zizek ou Tzvetan Todorov et essais sur la sexualité et la littérature. "Il est temps de créer une nouvelle forme d’édition qui fait sa révolution", affirme-t-il. Son catalogue, qui compte 81 livres aux couvertures ultramodernes, est censuré en grande partie dans les pays arabes. "Je fais du dépôt dans des libraires, je vends sur Internet. Je fais 70 % de discount en Syrie et 50 % à tous les étudiants, je ne gagne pas d’argent, ajoute le militant. Je finance la maison grâce à mes amis et au cinéma."

Khaled Soliman al-Nassiry est l’auteur d’un documentaire Io sto con la sposa (La famille de la mariée) trois fois primé à la Mostra de Venise en 2014.

(1) Vies et morts de Kamal Medhat d’Ali Bader paraît le 17 mars au Seuil.

Les clés de l’édition arabe

Xavier Luffin, traducteur de l’arabe au français et professeur à l’Université libre de Bruxelles, propose quelques pistes pour se repérer dans la production en langue arabe :

• La presse locale : al-Hayat, al-Nahar, mais aussi la presse du Golfe, qui parle parfois d’auteurs moins connus ailleurs. Ainsi les livres de l’Erythréen Haji Jaber ont surtout été chroniqués par la presse du Golfe, parce qu’il y vit.

• Des maisons d’édition récentes et/ou dynamiques comme Madarek, al-Azza, Afriqiyya al-Sharq, Le Fennec, Toubqal… Mais l’édition locale (Soudan, etc.) reste souvent difficile à atteindre.

• Les prix : depuis 2008, le Booker Prize (International Prize for Arabic Fiction). Depuis 2014, Katara Prize for Arabic Novel, au Qatar.

• La revue trimestrielle Banipal éditée depuis dix-sept ans à Londres par l’Irakien Samuel Shimon et sa femme, Margaret Obank.

• Le monde académique : l’association Euramal, qui organise tous les deux ans un grand colloque sur la littérature arabe, ou encore des ouvrages de référence comme The anchor book of modern arabic fiction de Denys Johnson-Davies ou The Oxford companion of the arabic novel (à paraître).

• Blogs et sites spécialisés comme Arablit.org, www.banipal.co.uk ou généralistes tels que www.wordswithoutborders.org et www.el-ghibli.org.

Des "asilothèques" pour les réfugiés

En Allemagne, bibliothèques et éditeurs se mobilisent pour proposer aux réfugiés des livres en langue arabe.

"L’engagement fait la force !" Campagne de fund raising pour l’Asylothek de Berlin-Tempelhof, l’ancien aéroport de Berlin, où est établi un vaste camp d’hébergement pour les réfugiés du Moyen-Orient. - Photo ASYLOTHEK BERLIN-TEMPELHOF/DR

Outre-Rhin, l’heure est à la mobilisation générale pour intégrer le million de demandeurs d’asile, en majorité originaires de Syrie mais aussi d’Irak ou d’Afghanistan. Un contexte qui place les bibliothèques en première ligne. Pour Hans Schiler, l’un des pionniers dans l’importation des textes arabes outre-Rhin - il a fondé en 1977 une maison d’édition spécialisée qui porte aujourd’hui son nom -, ces dernières ont un "rôle central" à jouer : "Les réfugiés sont éparpillés sur tout le territoire dans un nombre incalculable de communes. Avant qu’ils puissent lire en allemand, cela va demander du temps, et de nombreux cours de langue. Ce n’est qu’à partir du moment où des livres en arabe sont disponibles que ces derniers ont la possibilité de lire quelque chose." Depuis septembre, les Etats-régions ont débloqué des fonds permettant aux bibliothèques de "mettre en place une offre spécifique pour les demandeurs d’asile", explique Lisa Pohl, qui travaille dans un département dédié à l’intégration au sein d’EKZ, un prestataire pour bibliothèques.

Découpage fédéral oblige, les initiatives sont menées en ordre dispersé. L’Association des bibliothécaires allemands a créé une commission du travail interculturel pour centraliser les expériences. Comme à Brême, où le réseau des bibliothèques a délocalisé une sélection d’ouvrages au sein des différents foyers de la ville. Ou à Francfort, qui a décidé d’assouplir ses conditions de prêt et d’instaurer la gratuité pour les réfugiés. A Grassau, une commune de Haute-Bavière, la bibliothèque a développé un concept d’"asilothèque" (Asylothek) regroupant 200 références de livres pour enfants en arabe, mais aussi en russe, en français et en anglais. Le concept a été repris par des bénévoles dans tout le pays.

Lisa Pohl remarque que la demande est à la fois ciblée et généraliste : "Certaines bibliothèques nous disent être surtout confrontées à des familles et avoir besoin de livres pour enfants, mais la plupart font des achats mixtes et cherchent à avoir une offre globale." Celle-ci passe également par d’autres médias : presse arabe, films sous-titrés… "Nous avons aussi dans notre catalogue de la musique du Moyen-Orient, ajoute Lisa Pohl. Il faut garder à l’esprit que les réfugiés souvent ne peuvent pas travailler. Nous nous efforçons de proposer de quoi tuer l’ennui pour ceux qui passent leurs journées dans des foyers surpeuplés." Il en va ainsi d’initiatives plus ludiques "autour de jeux de société simples, permettant de faire connaissance".

Conséquence logique, selon Hans Schiler, "la demande de livres traduits de l’arabe a beaucoup augmenté, notamment des livres pour enfants en version bilingue". Lui-même annonce son intention de publier en 2016 cinq titres sur ce modèle. Il relève également dans son catalogue une demande accrue pour la littérature arabe. D’après lui, "beaucoup de gens s’engagent pour aider les demandeurs d’asile, ils veulent mieux comprendre le contexte, dont on peut faire en partie l’expérience grâce à la littérature". G. B., à Berlin

L’Association des bibliothécaires allemands a recensé les bonnes pratiques pour les "Asylothek" ici :

www.bibliotheksportal.de/themen/bibliothekskunden/interkulturelle-biblio...


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités