Les images du 42e FIBD: entre émotion et réflexion | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, Olivier Dion, le 01.02.2015 à 19h14 (mis à jour le 01.02.2015 à 20h00) Festival d'Angoulême

Les images du 42e FIBD: entre émotion et réflexion

Le bilan en images du 42e festival international de la bande dessinée d'Angoulême, une édition pas comme les autres marquée par l'hommage à l'équipe de Charlie Hebdo, assassinée le 7 janvier, mais aussi par le mouvement de réflexion de la profession sur l'avenir du secteur de la bande dessinée.

A peine trois semaines après l'attentat contre l'équipe de Charlie Hebdo, c'est un monde de la bande dessinée endeuillé qui s'est retrouvé à Angoulême pour la 42e édition du Festival international de la bande dessinée, du 29 janvier au 1er février. 

Charlie Hebdo était omniprésent dans les esprits et dans la ville. Les panneaux municipaux s'étaient ornés de Unes corsées de l'hebdomadaire satirique devant lesquelles les scolaires passaient en rigolant. Une place Charlie Hebdo a été inaugurée dans la ville dimanche et surtout la Cité internationale de la Bande dessinée a réussi en un temps record à monter une précieuse exposition sur l'histoire du journal. 

Si les chiffres de fréquentation ne sont pas encore communiqués par les organisateurs, la sécurité renforcée avec des fouilles et un passage au détecteur de métaux à l'entrée de chaque bulle (tentes hébergeants les stands marchands) ou de chaque exposition, a considérablement ralenti la circulation entre les différents lieux du festival. Le préfet de la Charente qui a mis en place le dispositif de sécurité avait estimé avant le festival que  "40 000 personnes sur les quatre jours" feraient le déplacement. 

Ce 42e FIBD a été par ailleurs marqué par la présence du mangaka Jiro Taniguchi, l'auteur de L'homme qui marche, dont le travail était exposé lors du festival. C'est d'ailleurs lui qui a proclamé le Grand Prix 2015 remis à son compatriote Katsuhiro Otomo, qui sera donc le président de la prochaine édition du festival, fin janvier 2016. 

Enfin, les professionnels du 9e art ont profité de ce moment de réunion pour initier une réflexion sur l'avenir du secteur à travers les premiers Etats généraux de la bande dessinée lancés vendredi 30 janvier. Le lendemain, près de 400 auteurs et lecteurs ont participé à l'appel du syndicat Snac BD, à une "Marche pour la création" afin de sensibiliser le public et les pouvoirs publics aux nouvelles charges qui pèsent sur les créateurs. Quatre auteurs ont d'ailleurs pu porter le message auprès de la ministre de la Culture Fleur Pellerin, venue dimanche 31 janvier en visite officielle au Festival. 
close

S’abonner à #La Lettre