Les écrivains québécois lancent la 17e édition de "Livres comme l'air" | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 16.11.2016 à 17h09 (mis à jour le 16.11.2016 à 18h00) Liberté d'expression

Les écrivains québécois lancent la 17e édition de "Livres comme l'air"

Photo AMNISTIE.CA

10 auteurs québécois ont accepté d'être jumelés à un écrivain emprisonné en Turquie, en Iran, au Mexique ou en Arabie Saoudite dans le cadre de Livres comme l'air, dont la 17e édition est lancée dans le cadre du Salon du livre de Montréal.

L'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ), le Centre québécois du P.E.N. International et Amnistie Internationale lancent ce mercredi 16 novembre la 17e édition de Livres comme l'air, à l'occasion du Salon du livre de Montréal. L'objectif est de défendre la liberté d'expression et l'opération événementielle consiste à jumeler dix écrivains québécois et dix écrivains emprisonnés dans le monde.

L’écrivaine Louise Dupré, porte-parole de l’événement, écrit ainsi dans sa dédicace à Gartse Jigme, condamné injustement à cinq ans de prison par la Chine: "Comme vous, j’ai la conviction qu’il faut vivre debout. Votre résistance est pour moi une source d’inspiration."

Marie Hélène Poitras évoque dans sa dédicace au poète Ashraf Fayadh, emprisonné en Arabie Saoudite, la chaise vide: "Je veux d’abord te manifester mon appui et te dire que nous pensons à toi, qu’il y a, ici, au cœur de la ville, une chaise vide à ton nom, une communauté de lecteurs et d’écrivains qui veillent tes pensées et ta poésie, et qui les protègent, qui prennent le relais de l’indignation."

Les jumelages pour cette édition 2016 sont : Marie-Andrée Clermont avec Fatemeh Ekhtesari et Mehdi Moosavi (Iran); Louise Dupré avec Gartse Jigme (Tibet); Danielle Dubé avec Asli Erdogan (Turquie); René-Daniel Dubois avec Ahmet Sik (Turquie); François Hébert avec Azimzhan Askarow (Kirghizistan); Marie-Hélène Poitras avec Ashraf Fayadh (Arabie Saoudite); Bernard Pozier avec Zuhair Kutbi (Arabie Saoudite); Rodney Saint-Eloi avec Sanjuana Martínez Montemayor (Mexique); Mélanie Vincelette avec Domingos da Cruz (Angola); Alice Zorn avec Zaki Cordillo (Syrie).

La cérémonie de lecture des dédicaces sera animée pour une cinquième année par René-Daniel Dubois et aura lieu vendredi le 18 novembre, à 19h30, à la Place confort TD, stand 300 du Salon du livre de la métropole canadienne. Au stand 605, une pétition pour la libération des écrivains est mise à disposition.

Depuis le lancement du projet en l’an 2000, il y a eu 92 libérations d’écrivains sans compter l’acquittement en septembre 2016 du musicien et écrivain turc Fazil Say. Par ailleurs, l’intellectuel ouïgour Ilham Tohti, un prisonnier d’opinion chinois toujours emprisonné, qui faisait partie de l’édition 2015, a reçu le prix Martin Ennals 2016 pour la défense des droits de l’homme.

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre