L’écrivaine britannique Judith Kerr est morte | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, avec AFP, le 23.05.2019 à 13h13 (mis à jour le 23.05.2019 à 16h10) Disparition

L’écrivaine britannique Judith Kerr est morte

Judith Kerr - Photo ALBIN MICHEL

L’auteure jeunesse, célèbre pour ses histoires illustrées comme Le tigre qui s’invita pour le thé, est décédée à l’âge de 95 ans.

L’auteure et illustratrice jeunesse britannique Judith Kerr, auteure du célèbre Tigre qui s'invita pour le thé (Albin Michel, 2018, traduit de l’anglais par Ramona Badescu), vendu à plus de 10 millions d'exemplaires dans le monde, est décédée à l'âge de 95 ans après une brève maladie, a annoncé jeudi sa maison d'édition.
 
Judith Kerr est née à Berlin en 1923, quelques années avant l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler. En février 1933, un policier anonyme appelle son père, Alfred Kerr, éminent critique de théâtre et dramaturge opposé au nazisme, pour l'avertir que les autorités veulent confisquer son passeport. Alfred Kerr mesure immédiatement la gravité de la situation et prend le premier train pour la Suisse, où le rejoignent quelques jours plus tard sa femme et leurs deux enfants, un jour seulement avant la prise de pouvoir des nazis. La famille finit par s'installer à Londres en 1936.

D’abord enseignante puis scénariste, Judith Kerr travaille ensuite dans l’édition avant de devenir auteur pour la jeunesse. Son premier ouvrage, Le tigre qui s’invita pour le thé, connaît un immense succès international. Il sera traduit en 15 langues. Dans ce récit inspiré par la passion de l’illustratrice pour les chats, un félin anthropomorphe interrompt le goûter d’une enfant et boit et mange tout ce qu’il trouve dans la maison avant de s’enfuir.

En 1971, elle raconte son exil dans le roman jeunesse Quand Hitler s’empara du lapin rose (Albin Michel, 2018, traduit de l’anglais par Boris Moissard), qui retrace l’histoire d’Anna, 9 ans, dans l’Allemagne nazie. La suite du récit, Ici Londres (Albin Michel, 2018, traduit de l’anglais par Antoine Lermuzeaux), se déroule dans la capitale britannique, alors que la ville est sous les bombes allemandes.

Près de 50 ans de carrière
 
L’écrivaine n’a jamais cessé de publier depuis ses débuts. Le dernier tome de sa série principale, Mog, est paru en 2015 au Royaume-Uni, 45 ans après ses débuts. Sa longue carrière et ses contributions à la littérature jeunesse lui ont valu d’être élevée, en 2012, au rang d’Officier de l’ordre de l’Empire britannique par la reine d’Angleterre. Le 13 mai dernier, une semaine avant son décès, elle a reçu le prix de la meilleure illustratrice de l’année aux British Book Awards 2019.
 
"Son esprit incisif et son humour sec faisaient d’elle une personne agréable à côtoyer, c'était une joie de la publier, a déclaré au Guardian Ann-Janine Murtagh, son éditrice anglaise chez HarperCollins. Ses personnages et ses livres ont enchanté des générations d’enfants et ont créé quelques-uns des souvenirs de lecture d’enfance les plus tendres." Un nouveau livre, The Curse of the School Rabbit, paraîtra au Royaume-Uni en juin.

Sur les mêmes thèmes (2 articles)

close

S’abonner à #La Lettre