L’échangisme professionnel dans les bibliothèques | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 17.06.2017 à 08h43 (mis à jour le 17.06.2017 à 09h00) Congrès de l'ABF

L’échangisme professionnel dans les bibliothèques

Sophie Courtel (responsable des services aux publics, Médiathèque Yourcenar) et Thomas Fourmeux - Photo L. LEBLANC

Des membres franciliens de l’Association des bibliothécaires de France ont profité de son congrès, du 15 au 17 juin à Paris, pour présenter le projet "Troc 2 postes".

En lettres blanches sur fond rouge, le flyer de "Troc de postes" invite les bibliothécaires présents au congrès de l’Association des bibliothécaires de France (ABF), du 15 au 17 juin à Paris, à "Ose[r] l’échangisme professionnel".
 
Quatre membres de l’ABF-Île-de-France ont initié le projet en début d’année. L’idée est d’"échanger son poste pour une durée limitée, de manière réciproque, avec une autre personne, qu’elle soit dans le secteur de la bibliothèque ou pas" explique Sylvère Mercier, président de l’ABF-Île-de France et l’un des initiateurs du projet au côté de Sophie Courtel, Thomas Fourmeux et Laurence Gaidan.

Convention tripartite 
 
L’idée a vu le jour au sein des structures régionales de l’ABF en Alsace et PACA où des échanges ponctuels ont déjà eu lieu. "On s’est dit qu’avec la facilité de transports en Île-de-France, ce serait plus simple que d’échanger entre Marseille et Cannes par exemple", précise Sophie Courtel.

L’accord se fait à travers une convention tripartite où l'ABF se positionne comme tiers facilitateur, en finançant "une partie des frais liés à l’échange, comme ceux de transport ou de repas", précise Sylvère Mercier avant d'insister sur le fait que le troc s’adresse aux personnes déjà en poste, pas aux stagiaires ni aux demandeurs d’emploi, et requiert d'être adhérent à l'ABF. L’échange peut intervenir également comme un "outil de management pour un directeur" qui proposerait un échange de poste à son équipe, poursuit  le président de l’ABF-Île-de-France.
 
Encore à ses balbutiements, l’initiative demeure pour l’instant régionale. "Des personnes intéressées nous ont demandé s’il y avait moyen d’échanger avec les DOM-TOM", s’amuse Sylvère Mercier. Les professionnels et élèves-bibliothécaires qui se sont manifestés lors du congrès ont évoqués notamment le souci d’enrichir leurs compétences en explorant d'autres environnements comme, par exemple, le CDI d'un lycée ou un établissement d’une envergure différente de leur lieu de travail habituel.
 
close

S’abonner à #La Lettre