Blog


Le baromètre des documents acquis et empruntés dans les bibliothèques publiques commandé par le service du livre et de la lecture à la société TMO et avec le concours des sociétés C3RB et Koha, est riche d’informations qu’il faut mettre en valeur. Il donne à voir la richesse et la diversité de la lecture Dans ce premier texte, nous soulèverons la question du rapport de la lecture à l'actualité éditoriale. Dans un autre à suivre nous mettrons en avant la question de l'extrême dispersion des pratiques sur une multitude de titres. Dans un dernier nous pourrons confronter les pratiques de lecture telles qu'elles sont saisies par le traitement des fichiers de transactions de prêts avec les pratiques d'acquisition des bibliothèques.

Commençons par relever le fait que le baromètre permet d’accéder aux pratiques de lecture autrement que par les ventes. Si les enquêtes déclaratives sur la lecture (par exemple la partie qui lui est consacrée dans l’enquête Pratiques culturelles des Français) permettent de mesurer l’intensité ou le type de pratique (genres de lecture), elles ne permettent pas de saisir les pratiques dans la singularité que leur donnent les titres effectivement lus. Les palmarès des meilleures ventes ont rempli la fonction de fournir une information sur ce que lisaient les lecteurs d’une semaine, d’un mois, d’une année sur l’autre. Mais  les livres ne sont pas une denrée périssable et réduire la lecture à l’étude du « frais » revient à occulter les pratiques portant sur des livres plus anciens et échappant à l’actualité médiatique. Par contraste, les bibliothèques offrent des collections qui sont moins concentrées sur l’actualité éditoriale et, dans le domaine des livres (contrairement au secteur alimentaire), les plus « frais » ne sont pas forcément ceux qui  sont les plus riches ni les meilleurs. La littérature bibliothéconomique recommande un taux de renouvellement de 10%, sans doute peu souvent atteint, ce qui laisse aux documents passés une large place.  C’est tout l’intérêt de cette étude du ministère que de donner l’occasion de mesurer les pratiques de lecture à distance de la seule production éditoriale récente.

Et c’est un formidable résultat que de constater que l'emprunt en bibliothèque se tourne marginalement vers l'actualité brûlante de l'édition. 94% du total des 700 000 œuvres les plus empruntées (parmi un total des 5 millions de prêts) dans les 94 bibliothèques de l'échantillon traitées dans l'étude portent sur des œuvres éditées avant 2013. La moitié avant 2009. La bibliothèque ralentit le rythme haletant du marché du livre. Elle le fait peut-être trop en n'acquérant pas assez  les livres qui font l’objet d’un écho médiatique et se prive du même coup de certains lecteurs qui voudraient venir les trouver. C’est notamment le cas des nouveautés médiatiques qui sont très souvent acquises en un seul exemplaire. Mais y compris parmi les 20 titres les plus prêtés, 6 ont au moins 5 ans (avant 2010) et 11 sont antérieurs à 2014. Le prisme de l’actualité du livre se révèle donc particulièrement déformant pour saisir la réalité des pratiques de lecture. Nous pouvions nous attendre à un tel résultat mais c’est désormais mesuré et démontré.  Et s’il est établi à partir des emprunts en bibliothèque, on peut penser qu’il en va de même, au moins pour une part, des pratiques de lecture en général. Et en tous les cas, la part des lectures issues des livres empruntés en bibliothèque (plus de 200 millions en 2012 à comparer, si cela est possible, aux 440 millions d'exemplaires de livres vendus), révèle des pratiques assez détachées de l'actualité et qui plongent dans la profondeur et la diversité de l'offre éditoriale.

L’étude des pratiques de lecture au travers les emprunts en bibliothèque présente l’avantage de contrebalancer l’accent mis sur l’actualité éditoriale. Elle permet de réintroduire dans la compréhension de cette pratique ce qui touche à sa temporalité lente masquée par l’attention sélective de notre société à la nouveauté.
 

Commentaires (2)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
F

Fabienne

il y a 5 ans à 22 h 18

Bonjour Monsieur Poissenot, merci pour votre bel article, encore une fois... Je crois que justement, l'une des missions des bibliothèques et de faire vivre un fond, une littérature intemporelle (justement, je découvre aujourd'hui "L'enjeu" de Jack London... ). Votre texte me fait tout de suite penser à "L'éloge de la lenteur" de Jean-François Manier, que vous connaissez certainement mais que je ne résiste pas à partager ici : Au risque de n’avoir plus à déguster, dans un avenir proche, qu’une littérature “fast-food”, il me paraît urgent de résister aux pouvoirs grandissants des gestionnaires de la culture. Le livre est un tel enjeu qu’il exige d’autres critères de valeur que sa seule vitesse de rotation. Et je crois même que son irremplaçable richesse tient à ses lenteurs, à ses pesanteurs. . Ce sont ces contraintes qui font du livre cette liberté qui dure. Oui, il faut un autre temps pour le livre : un temps pour l’écrivain face à son œuvre, pour l’artisan face aux papiers, aux encres, le temps aussi pour le bibliothécaire en ses choix, le libraire en son commerce, comme pour le lecteur en son plaisir. Le temps, sans doute, que mûrissent les rencontres, que s’accomplissent les imprévisibles métamorphoses. Le temps du lent émerveillement. . Celui de l’urgence d’aimer.”


f

fabienne

il y a 5 ans à 22 h 21

Il manque des guillemets au début du texte de JF Manier, à rétablir avant "Au risque" !


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités